"Mon frigo, il est vide depuis lundi et ça commence à devenir difficile", confie une étudiante

Brut.
·1 min de lecture

"Nous, notre travail, c'est d'essayer de leur apporter un filet de sécurité, d'essayer de faire en sorte que la question alimentaire ne soit plus une question pour eux, ne soit plus un enjeu d'hésiter entre soit manger, soit faire ses études", explique Julien Meimon, président et fondateur de l'association Linkee. Brut s'est rendu à une distribution alimentaire assurée part l'association. Premier élément marquant : une file interminable d'étudiants qui attendent de recevoir de quoi manger. "C'est terrible, ce qu'il se passe maintenant, c'est terrible (…) La précarité touche tout le monde, elle touche plein de gens qui n'avaient pas prévu d'être dans cette difficulté", s’inquiète Julien Meimon. Parmi les dons : des plats préparés, des desserts, des fruits mais aussi des kits d'hygiène composés de déodorant, de shampooing, de savon, de dentifrice, de protections périodiques…

Manque d'argent, manque de temps… et solitude

Léa, étudiante et bénéficiaire de cette aide, raconte ne plus réussir à garder son frigo rempli. "Mon frigo, il est vide depuis lundi et ça commence à devenir difficile, effectivement. Et puis là j'ai un travail, mais c'est pas évident, avec le Covid, de le garder, quoi", explique Léa, étudiante. Avant la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi