Frelons, algues, insectes… Le coût astronomique des espèces invasives

Par Géraldine Woessner
·1 min de lecture
L'Anoplophora glabripennis, le longicorne asiatique ou capricorne asiatique, est une espèce d'insectes coléoptères.
L'Anoplophora glabripennis, le longicorne asiatique ou capricorne asiatique, est une espèce d'insectes coléoptères.

Il est arrivé du Mexique, mais c'est au Togo, en Guinée, en Tanzanie que le grand capucin du maïs ravage les plantations et dévore les stocks de grains des paysans. La chenille légionnaire, introduite en 2016 sur le continent africain, s'est propagée à la vitesse d'un feu de brousse dans 40 pays, déchiquetant les cultures? En France, le frelon asiatique, débarqué accidentellement avec une livraison de poteries chinoises en 2004, décime les abeilles domestiques. Poissons, algues, serpents, insectes? Sur tous les points du globe, l'introduction par l'homme d'espèces exotiques, volontairement ou non, tourne parfois au désastre ? à la fois pour l'homme et pour la biodiversité indigène, dont elles colonisent l'écosystème.

Considérées par l'IPBES (groupe d'experts mondial sur la biodiversité) comme l'une des principales causes de la perte de biodiversité dans le monde, les espèces exotiques envahissantes, dont le nombre aurait augmenté de 70 % depuis 1970, à la faveur du développement du commerce, du tourisme de masse et de l'étalement urbain, restent pourtant mal connues ? et leur impact est minoré dans de nombreux pays, qui peinent à mettre en place les outils de gestion adaptés. Une lourde erreur stratégique, montre l'étude publiée ce 31 mars dans la revue Nature, qui tente, pour la première fois, d'évaluer les coûts engendrés à l'échelle de la planète par ces introductions ? à la fois sanitaires, économiques et écologiques. On les imaginait importants : ils s [...] Lire la suite