Fraude scientifique : le procès très médiatique d'Elizabeth Holmes, la fondatrice de Theranos

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Elizabeth Holmes, ancienne star de la Silicon Valley qui promettait de révolutionner les tests sanguins avec sa start-up Theranos, assistait mardi 31 août 2021 au tribunal de San José à la sélection du jury qui devra déterminer si elle s'est rendue coupable d'une fraude massive.

Une quarantaine de jurés potentiels ont été interrogés. Les magistrats ont notamment cherché à déterminer si d'éventuels préjugés n'allaient pas les empêcher de rendre un verdict impartial, étant donné l'intense médiatisation de l'affaire depuis des années.

Elizabeth Holmes risque jusqu'à 20 ans de prison

La plupart des personnes convoquées ont mentionné avoir lu un titre ou un article, vu un documentaire ou même lu un livre sur le sujet, comme celui de John Carreyrou, ancien journaliste du Wall Street Journal, qui a révélé le scandale fin 2015.

Les candidats ont assuré pouvoir porter un regard neutre sur Elizabeth Holmes, qui a lancé Theranos en 2003, à 19 ans. L'entreprise prévoyait de produire à grande échelle des outils de diagnostic plus rapides et moins chers que ceux des laboratoires traditionnels, grâce à des méthodes censées permettre jusqu'à 200 analyses à partir de quelques gouttes de sang.

Mais les machines n'ont jamais fonctionné. Et selon le parquet, l'ex-entrepreneuse a menti aux investisseurs, médecins et patients pour lever des fonds -- plus de 700 millions de dollars en tout. Elle risque jusqu'à 20 ans de prison pour les onze accusations qui pèsent contre elle -- neuf de fraudes et deux pour association de malfaiteurs. Les procureurs estiment en effet qu'elle s'est entendue avec Ramesh "Sunny" Balwani, son ancien chef des opérations -- et son amant pendant un temps.

Les deux dirigeants doivent être jugés séparément.

Le jury devra se fonder essentiellement sur des témoignages

"L'accusée est présumée innocente. Il revient à l'Etat de prouver la réalité de ces accusations sans aucun doute possible", a déclaré le juge Edward Davila aux jurés potentiels. Il espère que la défense et le parquet se mettront d'accord sur douze jurés d'ici mercredi soir. Les débats entreront dans le vif du sujet le 7 septembre. Mais les questions donnent déjà des indications sur les stratégies.

Kevin Downey, l'avocat d'Elizabeth Holmes, a demandé si des personnes avaient déj[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles