Fraude scientifique : la fondatrice de Theranos Elizabeth Holmes est reconnue coupable de fraude

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Elizabeth Holmes
    Entrepreneuse et criminelle américaine

Elizabeth Holmes a été reconnue coupable de complot visant à escroquer des investisseurs. Un tribunal de l'Etat de Californie estime qu'elle a sciemment menti sur la fiabilité des tests sanguins de Theranos.

Elle encourt une peine pouvant aller jusqu'à 80 ans d'emprisonnement. L'Américaine Elizabeth Holmes a été reconnue coupable par un tribunal californien de complot visant à escroquer des investisseurs. Il est reproché à la fondatrice de Theranos d'avoir menti sur la fiabilité de la technologie de tests sanguins développée par cette start-up qui fit les beaux jours de la Silicon Valley.

Les enquêtes du Wall Street Journal

De riches investisseurs privés ont versé des millions de dollars dans Theranos, séduits par l'ambition de la start-up et de sa jeune dirigeante qui prétendaient révolutionner les tests sanguins. Elizabeth Holmes promettait que ses machines pouvaient effectuer un éventail d'analyses en prélevant quelques gouttes de sang sur un doigt. Mais Theranos dépendait en réalité de dispositifs conventionnels produits par Siemens pour effectuer les tests sanguins. Une série d'enquêtes du Wall Street Journal a commencé à faire naître des doutes en 2015.

"La fraude plutôt que la faillite"

La société Theranos a été fondée en 2003. Elizabeth Holmes était alors âgée de 19 ans. C'est entre 2010 et 2015 que la start-up paraît s'être enferrée dans le mensonge et la dissimulation : avait tonné le procureur Jeff Schenk. Aucune date n'a pour le moment été donnée quant à l'énoncé de la sentence. Elizabeth Holmes se défend de porter seule la responsabilité des défaillance de sa start-up. Elle assure avoir été sous l'emprise de son associé Ramesh "Sunny" Balwani, lequel est poursuivi séparément.

Avec Reuters

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles