Frappes russes en Ukraine: le Pentagone dénonce un "crime de guerre"

Frappes russes en Ukraine: le Pentagone dénonce un "crime de guerre"

Le chef d'état-major américain a considéré que l'attaque du réseau électrique ukrainien a provoqué une "souffrance inutile de la population civile".

Le général Mark Milley, chef d'état-major américain a estimé mercredi que la Russie "perdait" sur tous les fronts dans sa guerre en Ukraine, et dénoncé les frappes russes ayant visé le réseau électrique à travers le pays comme d'un "crime de guerre".

"Cibler délibérément le réseau électrique civil, provoquant des dommages collatéraux excessifs et la souffrance inutile de la population civile, est un crime de guerre", a affirmé le général Milley lors d'une conférence de presse.

La Russie a mené mardi des frappes massives sur les infrastructures civiles ukrainiennes dans tout le pays, y compris près de la frontière polonaise, qui ont laissé des millions de foyers sans électricité, selon Kiev.

Le plus haut gradé américain a estimé qu'environ "un quart" de la population ukrainienne était sans électricité en raison de ce barrage de missiles, au moins "une soixantaine, voire jusqu'à 90 ou 100", a-t-il dit en parlant de la "plus grosse vague de missiles" tirés sur l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe, le 24 février.

Des échecs mais pas une défaite

Citant les multiples échecs des Russes dont le récent retrait de la ville de Kherson, le général américain a déploré que Moscou ait décidé d'engager "une campagne de terreur, une campagne visant à infliger le maximum de souffrance à la population civile ukrainienne, afin de leur casser le moral".

"Ils ont échoué dans leurs objectifs stratégiques et sont à présent en train d'échouer sur le plan opérationnel et tactique", a-t-il poursuivi.

Malgré cela, le général Milley s'est dit sceptique sur le fait que l'Ukraine puisse déloger militairement la Russie de l'ensemble des territoires qu'elle occupe dans le pays, y compris la Crimée.

"La probabilité d'une victoire militaire ukrainienne, expulsant les Russes de tout l'Ukraine y compris (...) la Crimée, la probabilité que cela se passe de sitôt n'est pas très élevée militairement", a-t-il dit.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Missile en Pologne : la tension retombe, la thèse d'un tir ukrainien privilégiée