Frappes russes, diplomates européens expulsés: le récit ce 55e jour de guerre en Ukraine

·3 min de lecture
Une rue de Kharkiv après un bombardement, le 18 avril 2022 en Ukraine - SERGEY BOBOK © 2019 AFP
Une rue de Kharkiv après un bombardement, le 18 avril 2022 en Ukraine - SERGEY BOBOK © 2019 AFP

876450610001_6304423443001

Redoutée il y a encore quelques heures, elle est désormais une réalité. La Russie a poursuivi ce mardi son offensive majeure dans l'est de l'Ukraine, nouvel objectif stratégique des forces de Moscou, après leur retrait de la région de Kiev. Retour sur les événements qui ont marqué le pays, en proie à l'invasion russe depuis 55 jours.

• Une dizaine de frappes russes sur l'est du pays

La Russie a déclaré mardi avoir mené une dizaine de frappes sur l'Est de l'Ukraine, qu'elle entend "libérer", le chef de la diplomatie russe évoquant le début d'une "nouvelle phase" de la guerre qui dure depuis bientôt deux mois.

Les forces aériennes russes ont tiré des "missiles de haute précision" et neutralisé treize places fortes de l'armée ukrainienne, a affirmé son ministère, appelant les Ukrainiens à la reddition.

Selon un haut responsable américain du département de la Défense, la Russie a augmenté sa présence militaire dans l'est et le sud de l'Ukraine, portant à 76 le total de bataillons dans le pays.

• Confusion autour d'un couloir humanitaire à Marioupol

L'armée russe a affirmé avoir ouvert ce mardi un couloir pour évacuer les soldats ukrainiens présents dans la zone industrielle d'Azovstal, dans le port stratégique de Marioupol, quelques heures après avoir exigé leur reddition.

"Étant donné la situation catastrophique dans l'usine métallurgique d'Azovstal (...) à partir de 14h, les forces russes ont ouvert un corridor pour permettre la sortie des militaires de l'armée ukrainienne et des combattants de formations nationalistes ayant volontairement déposé les armes", a indiqué le ministère russe de la Défense, précisant qu'un cessez-le-feu local avait été instauré pour assurer une évacuation.

Les autorités ukrainiennes avaient toutefois annoncé plus tôt ce mardi qu'aucun couloir d'évacuation des civils n'avait pu être organisé ce mardi en Ukraine, faute d'accord avec la partie russe, et ce pour le troisième jour consécutif.

• Pour l'ancien président Porochenko, Poutine veut "exterminer" le peuple ukrainien

Invité de BFMTV, l'ancien président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé la brutalité de l'offensive russe sur l'Ukraine, assurant que la volonté du Kremlin était de "raser l'Ukraine".

"L'objectif de Poutine est de nous exterminer. L'objectif de Poutine est de raser l'Ukraine de la carte géopolitique du monde", a-t-il déclaré. 876450610001_6304409223001

L'ancien homme d'État a également accusé la Russie de "génocide" en Ukraine, dans la lignée des propos de son successeur, Volodymyr Zelensky.

"Oui, il n'y a pas d'autres mots que celui de génocide", a-t-il expliqué. "Les barbares russes tirent sur les bus qui évacuent des mamans", a-t-il ajouté.

• Des diplomates européens expulsés de Russie

La Russie a annoncé mardi l'expulsion de 36 diplomates belges et néerlandais, en représailles à une mesure similaire prise par la Belgique et les Pays-Bas à la suite de l'offensive russe en Ukraine.

Il s'agit de 21 diplomates belges et de 15 diplomates néerlandais, parmi lesquels 14 collaborateurs de l'ambassade des Pays-Bas à Moscou et un collaborateur du consulat général néerlandais à Saint-Pétersbourg (nord-ouest), selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères. Ils devront quitter la Russie d'ici deux semaines, selon la même source.

• Les pays alliés prêts à "de nouvelles sanctions" contre Moscou

Les États-Unis et l'Union européenne sont parvenus à "un large consensus sur la nécessité d'accentuer la pression sur le Kremlin, notamment à travers l'adoption de nouvelles sanctions", a déclaré mardi soir le gouvernement italien.

L'annonce italienne a été confirmée par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dans un tweet: "Nous renforcerons de nouveau nos sanctions contre la Russie".

Cette prise de position a été prise au cours d'une réunion virtuelle consacrée à l'offensive russe en Ukraine entre le président américain Joe Biden et les principaux alliés des États-Unis, au moment où Moscou a déclenché dans le Donbass une nouvelle phase de son attaque.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles