Frappes russes non confirmées en Pologne : les réactions internationales

A l'heure actuelle, aucune source officielle a confirmé si des missiles russes se sont abattus à l'est de la Pologne, comme l'ont rapporté des média locaux. Certains sources ont également fait état "d'au moins deux morts". Mais ces informations ont provoqué de très vives réactions internationales.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ainsi accusé ce mardi la Russie d'avoir tiré des missiles sur la Pologne, membre de l'Otan, qualifiant cette attaque présumée, non confirmée pour l'instant, "d'escalade très importante".

"Aujourd'hui, des missiles russes ont frappé la Pologne, le territoire d'un pays allié. Des gens sont morts", a déclaré Volodymyr Zelensky dans son discours quotidien à la nation. "C'est une escalade très importante. Nous devons agir", a ajouté le président ukrainien, dont le pays n'est pas membre de l'Otan.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a ajouté sur Twitter que son pays a appelé les pays membres de l'Otan à convoquer un sommet "immédiat".

"Une réponse collective aux actions russes doit être dure et fondée sur des principes. Parmi les actions immédiates: un sommet de l'Otan avec la participation de l'Ukraine pour élaborer de nouvelles actions conjointes, qui forceront la Russie à changer de cap sur l'escalade, et fournir à l'Ukraine des avions modernes", a ainsi Dmytro Kuleba.

Moscou nie toute implication

La Russe a, elle, qualifié de "provocations" ces informations selon lesquelles des missiles russes ont frappé la Pologne.

"Les déclarations de médias polonais et de responsables officiels sur une prétendue chute de missiles russes près de la localité de Przewodow relèvent de la provocation intentionnelle dans le but de créer une escalade de la situation", a déclaré le ministère russe de la Défense sur son compte Telegram.

"Aucune frappe n'a été menée sur des objectifs proches de la frontière ukraino-polonaise" par l'armée russe, a affirmé le ministère. Les images de "débris publiés par les médias polonais depuis les lieux des faits dans la localité de Przewodow n'ont aucun rapport" avec des projectiles russes, a-t-il ajouté.

La France envisage une "discussion" au G20

Le président français Emmanuel Macron a "pris contact avec les autorités polonaises" après des informations faisant état de deux missiles russes qui auraient touché la Pologne, membre de l'Otan, et "se tient au courant de la situation", a déclaré mardi soir l'Elysée à l'AFP.

"Il explore la possibilité d'une discussion dès demain matin au niveau des leaders" pour "analyser les risques" et "prévenir une escalade du conflit", "compte tenu de la présence de tous nos grands partenaires européens et nos grands partenaires alliés au G20", réuni en sommet en Indonésie, où se trouve également Emmanuel Macron, a ajouté la présidence française.

La seconde journée du G20 mercredi "sera un moment important pour sensibiliser nos grands partenaires comme le président de la République le fait depuis le début de la guerre", a relevé l'Elysée.

A l'Assemblée nationale, la secrétaire d'Etat Sonia Backès a transmis aux députés un message de la Première ministre Elisabeth Borne: "le gouvernement suit de très près la situation sur le terrain en lien avec nos alliés polonais".

Charles Michel "choqué" par les "nouvelles" sur des morts en Pologne par "un missile ou autre"

Le président du Conseil européen, Charles Michel, s'est "choqué par la nouvelle d'un missile ou autre munition ayant tué des personnes sur le territoire polonais".

"Mes condoléances aux familles. Nous sommes aux côtés de la Pologne. Je suis en contact avec les autorités polonaises, les membres du Conseil européen et d'autres alliés", a-t-il écrit sur Twitter.