Frappes russes, arrivée du patron de l'ONU: le récit de ce 63e jour de guerre en Ukraine

Un homme passant à bicyclette à Derhachi (Ukraine), le 27 avril 2022. - Dimitar Dilkoff
Un homme passant à bicyclette à Derhachi (Ukraine), le 27 avril 2022. - Dimitar Dilkoff

876450610001_6305280456112

La percée se confirme. L'armée russe continue son "opération militaire" sur le sol ukrainien en se concentrant sur la partie est du pays. Alors que le site d'Azovstal de Marioupol est toujours assiégé, les autorités ukrainiennes ont dû reconnaître la perte de plusieurs localités, désormais aux mains des forces de Moscou. Retour sur ce 63e jour de conflit.

• Des localités ukrainiennes prises par l'armée russe

L'armée ukrainienne a annoncé ce mercredi que plusieurs localités avaient été prises par l'armée russe dans l'est du pays. Depuis la réorganisation stratégique de l'offensive militaire russe en Ukraine, la région du Donbass, à l'est du pays, constitue l'objectif principal de Moscou.

L'armée russe a affirmé mercredi avoir détruit une "grande quantité" d'armes livrées à Kiev par les États-Unis et des pays européens, dans le sud-est de l'Ukraine. L'armée russe assure également avoir effectué des frappes aériennes contre 59 cibles ukrainiennes. L'armée ukrainienne a quant à elle dit avoir bombardé les positions russes sur l'île aux Serpents, en mer Noire, devenue un symbole de la résistance ukrainienne.

Les autorités de la république séparatiste prorusse de Transnistrie, en Moldavie, ont de leur côté annoncé qu'un village frontalier de l'Ukraine hébergeant un important dépôt de munitions russes avait été la cible de tirs après avoir été survolé par des drones.

• Poutine promet une riposte "rapide" en cas d'intervention extérieure

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde contre toute intervention extérieure dans le conflit en Ukraine, promettant qu'elle rencontrerait une riposte "rapide et foudroyante". "Si quelqu'un a l'intention de s'ingérer de l'extérieur dans ce qui se passe (en Ukraine, ndlr) et de créer des menaces inacceptables pour la Russie, ils doivent savoir que notre riposte (...) sera rapide et foudroyante", a déclaré le maître du Kremlin devant le Parlement russe.

Selon lui, la Russie n'hésitera pas à utiliser ses armes les plus modernes. "Nous avons tous ces outils dont personne d'autre ne peut se vanter actuellement. Nous n'allons pas nous vanter: nous allons les utiliser s'il le faut. Et j'aimerais que tout le monde le sache", a souligné le président russe. "Toutes les décisions là-dessus ont été déjà prises", a-t-il ajouté.

Dans le même temps, la Russie a ordonné l'expulsion de diplomates japonais et suédois en représailles à des mesures similaires prises par Tokyo et Stockholm.

• Le patron de l'ONU en Ukraine

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres est arrivé mercredi en Ukraine, sa première visite depuis le début de l'invasion russe le 24 février, a-t-il annoncé sur son compte Twitter mercredi.

"Je suis arrivé en Ukraine après m'être rendu à Moscou", a-t-il écrit, indiquant vouloir "poursuivre notre travail pour étendre le soutien humanitaire et assurer l'évacuation des civils des zones de combat". Antonio Guterres doit se rendre jeudi matin à Borodianka, Irpin et Boutcha, théâtres d'exactions pendant l'occupation russe en mars, avant de rencontrer le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

• L'UE au secours de la Bulgarie et la Pologne, privés de gaz russe

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé que la Bulgarie et la Pologne, privées de gaz russe, sont désormais approvisionnées en gaz "par leurs voisins de l'Union européenne".

"Le Kremlin fait mal à l'économie russe car ils (les Russes) se privent eux-mêmes de revenus importants", a-t-elle estimé. Les entreprises européennes acceptant de payer le gaz russe en roubles, comme l'exige Moscou, violent les sanctions de l'UE et s'exposent à un risque juridique "élevé", a aussi averti la représentante européenne.

• "Des semaines extrêmement difficiles" attendues

Le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov a prévenu ce mercredi que son pays s'attendait à "des semaines extrêmement difficiles" face à l'armée russe, qui "a déjà accumulé des forces pour une offensive majeure dans l'est" du pays, priorité de Moscou. Le responsable ukrainien, dans un communiqué sur Facebook, a appelé les Ukrainiens à "la résilience et l'unité" après plus de deux mois de conflit avec la Russie. Selon lui, l'armée russe, "déjà consciente de sa défaite stratégique, va tenter d'infliger le plus de souffrances possibles" aux soldats ukrainiens, qu'il a exhortés à "tenir le coup".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles