Frappes sur Odessa: après avoir démenti, la Russie admet avoir détruit des "infrastructures militaires"

Le port d'Odessa, en Ukraine, le 20 juillet 2022 - Bulent Kilic - AFP
Le port d'Odessa, en Ukraine, le 20 juillet 2022 - Bulent Kilic - AFP

La porte-parole de la diplomatie russe affirme ce dimanche que des missiles russes avaient détruit la veille des infrastructures militaires dans le port d'Odessa, vital pour l'exportation de céréales ukrainiennes.

"Des missiles Kalibr ont détruit des infrastructures militaires du port d'Odessa, avec une frappe de haute précision", a écrit Maria Zakharova sur son compte Telegram, en réponse à une déclaration du président ukrainien Volodymyr Zelensky affirmant que ces frappes avaient détruit la possibilité d'un dialogue ou d'une entente avec Moscou.

La veille, Moscou démentait

Selon Maria Zakharova, ces missiles ont notamment détruit "une vedette militaire" ukrainienne. Elle n'a pas donné de précisions ni fourni de preuves. Après ces tirs sur Odessa, l'Ukraine a accusé Vladimir Poutine d'avoir "craché au visage" de l'ONU et de la Turquie et de compromettre l'application de l'accord signé vendredi sur la reprise des exportations des céréales bloquées par le conflit.

Samedi, la Russie avait pourtant démenti auprès de la Turquie avoir été impliquée dans ces frappes: "Les Russes nous ont dit qu'ils n'avaient absolument rien à voir avec cette attaque et qu'ils examinaient la question de très près", a assuré le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar.

Un accord russo-ukrainien signé vendredi

Selon Kiev, deux missiles ont frappé le territoire portuaire d'Odessa, et deux autres ont été abattus par les défenses antiaériennes avant d'atteindre leur cible.

L'accord signé vendredi à Istanbul entre la Russie et l'Ukraine prévoit notamment l'instauration de "couloirs sécurisés" afin de permettre la circulation en mer Noire des navires marchands, que Moscou et Kiev s'engagent à "ne pas attaquer", selon un responsable des Nations unies.

Il doit permettre d'exporter 20 à 25 millions de tonnes de grains bloquées en Ukraine et de réduire ainsi le risque d'une crise alimentaire mondiale.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles