Frappes américaines en Syrie : "Un message de force" envoyé par l'administration Biden à Téhéran, selon Frédéric Encel

franceinfo
·1 min de lecture

"C’est un message de force", a expliqué vendredi 26 février sur franceinfo Frédéric Encel, maître de conférences à Sciences Po Paris, à propos de la première opération militaire menée par l’administration du président américain Joe Biden contre des milices pro-iraniennes dans l’est de la Syrie. Une opération menée en réponse aux récentes attaques contre la présence américaine en Irak.

franceinfo : C'est donc la première opération militaire de l'administration Biden. Ce choix est-il symbolique ?

Frédéric Encel : Oui. Non seulement il est symbolique, mais très emblématique à la fois de quelqu'un qui s’inscrit à la droite du parti démocrate. C’est une famille politique qui est, en général, assez interventionniste et qui déteste l'accusation d’une partie des républicains de mollesse. Tout au long du XXe siècle, au fond, les présidents américains démocrates ont été majoritairement plus interventionnistes que les présidents républicains. Par ailleurs, Biden a toujours dit qu'il allait revenir dans l'accord nucléaire de Vienne de 2015 avec l'Iran, mais certainement pas permettre à l'Iran de déployer des forces trop conséquentes dans la région.

Quel est le message envoyé à Téhéran ?

C’est un message de force, c’est-à-dire : "Nous avons la ferme détermination de revenir dans l'accord nucléaire en dépit de ce que pensent nos alliés israéliens, émiratis et saoudiens. D’ailleurs regardez, nous faisons des efforts et nous levons déjà un certain nombre de sanctions. Mais ne croyez pas (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi