Frappes à Rafah: Netanyahu parle d'un «accident tragique», Washington se dit «bouleversé»

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a affirmé ce lundi au Parlement que la frappe israélienne sur Rafah survenue la veille était « un accident tragique ». Un événement auquel ont réagi les États-Unis, enjoignant leur allié à « prendre toutes les précautions possibles pour protéger les civils ».

« A Rafah, nous avons évacué un million de résidents qui ne sont pas impliqués et, malgré tous les efforts déployés, un accident tragique s'est produit hier », a déclaré Benyamin Netanyahu lundi. « Nous enquêtons sur ce qui s'est passé et nous en tirerons les conclusions », a-t-il ajouté. Dimanche, une frappe aérienne israélienne a provoqué un incendie dans un camp de déplacés du sud de la bande de Gaza, entraînant, selon les autorités de ce territoire, la mort d'au moins 45 personnes. Près de 250 personnes ont également été blessées, selon un communiqué du ministère de la Santé du Hamas.

Benyamin Netanyahu a fustigé les pressions, venant « de chez nous comme de l'étranger », exercées selon lui contre son gouvernement depuis le début de la guerre contre le mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza. Israël a fait face ce lundi à une vague de condamnations internationales concernant la frappe sur Rafah, l'ONU appelant à l'ouverture d'une enquête.

Par ailleurs, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira en urgence mardi après-midi pour discuter de la situation à Rafah. La réunion, à huis clos, a été demandée par l'Algérie, membre non permanent du Conseil, ont précisé plusieurs sources diplomatiques à l'AFP.


Lire la suite sur RFI