Une frappe au Kurdistan irakien ravive la tension entre Bagdad et Ankara

L'Irak a décrété une journée de deuil national, jeudi 21 juillet, après que neuf civils ont été tués et 23 autres blessés dans un tir d'artillerie imputé à la Turquie dans la province semi-autonome du Kurdistan, au nord du pays.

En Irak, le Kurdistan est une région qui bénéficie d'un climat plus doux en période estivale et il est une zone de villégiature prisée dans un pays où le mercure frise les 50 degrés. Le parc touché mercredi avait donc attiré bon nombre de touristes venus d'autres régions du pays. Et c'est tout l'Irak qui est aujourd'hui en deuil.

Ce jeudi, les cercueils recouverts du drapeau irakien ont été transportés d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, vers Bagdad. Signe de l'émotion suscitée par ces décès, le cercueil d'un enfant a été transporté à bord de l'avion militaire par le ministre irakien des Affaires étrangères et le président de la région du Kurdistan.

Dès mercredi soir et ce jeudi encore, des manifestations anti-turques ont eu lieu dans plusieurs villes irakiennes : Bagdad, Najaf, Kerbala ou encore Kirkouk. Des drapeaux turcs ont été brûlés, le président Erdogan qualifié de « terroriste ». Ankara nie toute responsabilité dans ces tirs, mais la Turquie mène régulièrement des opérations contre des groupes kurdes dans le nord de l'Irak.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles