Pour Franz-Olivier Giesbert, Bernard Tapie était "un boxeur qui n'était jamais K.O."

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Il est peut-être celui qui connaît le mieux le parcours de Bernard Tapie. Son biographe Franz-Olivier Giesbert s'est exprimé sur Europe 1 pour retracer "les plusieurs dizaines de vies" de l'homme d'affaires, mort dimanche matin à 78 ans des suites d'un cancer. Pour le journaliste, Bernard Tapie "aimait choquer et voulait être aimé. Il avait un côté résistant, survivant, un ressuscité permanent qui ne lâche jamais l'affaire".

000_APP2000050708798
000_APP2000050708798

Franz-Olivier Giesbert et Bernard Tapie dans un studio d'Europe 1, le 7 mai 2000.
Crédits : JEAN-PIERRE MULLER / AFP

"Il n'avait plus peur de rien"

Franz-Olivier Giesbert évoque "un boxeur qui n'était jamais K.O, c'est-à-dire à peine tomber, déjà relevé". Le journaliste retient également le côté "provocateur" de l'homme politique. "Il aimait choquer, et en même temps, il regardait avec une certaine fascination les institutions. Mais, on ne la lui faisait pas. Il entrait partout, il était chez lui un peu partout", affirme-t-il. Le biographe insiste aussi sur "la vie fascinante" de Bernard Tapie, qui a été tour à tour chanteur, acteur, homme d'affaires... "En travaillant sur le livre, j'étais fasciné. Il a dirigé des entreprises, il s'occupait du foot, du cyclism...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles