Frantz Fanon par le réalisateur Hassane Mezine

Ce mercredi 17 avril sort dans les salles en France un documentaire consacré à Frantz Fanon (1925-1961). Le réalisateur Hassane Mezine effectue un portrait à hauteur d'homme de cette grande figure de la lutte contre la colonisation dans « Fanon hier, aujourd’hui ».Aimé Césaire l'avait surnommé « le guerrier de silex ». Qui était Frantz Fanon ? Brillant psychiatre, engagé volontaire auprès des Forces françaises libres durant la Seconde Guerre mondiale, militant pour l'indépendance de l’Algérie, ce natif de Martinique était tout cela à la fois. Il fut aussi et surtout une tête pensante de la lutte anticoloniale, auteur de deux ouvrages devenus des classiques : Peau noire, masques blancs et Les damnés de la terre, publié en 1961, quelques jours avant sa mort.« Ce livre va être un peu un testament, explique le réalisateur Hassane Mezine, dans lequel il va montrer un peu les craintes des contre-révolutions à venir dans une Afrique où des pays sont nouvellement indépendants comme la Tunisie, le Maroc ou les pays de l’Afrique de l’Ouest où l’on voit déjà se mettre en place des mécanismes de néocolonialisme ou ce qu’on appelle aujourd’hui la Françafrique. Lui, il va beaucoup mettre en garde sur les risques à venir si l’on sortait du lit des révolutions. »Le cinéaste dresse un portrait sensible de cet homme à travers les témoignages de ceux qui l’ont côtoyé. Car, bien que mort très peu de temps avant l’indépendance de l’Algérie, Frantz Fanon a marqué son époque et encore aujourd’hui continue à intéresser et irriguer les pensées décolonisatrices.► À écouter aussi : notre interview avec le réalisateur algérien Hassane Mezine sur son film « Fanon hier, aujourd’hui »

Ce mercredi 17 avril sort dans les salles en France un documentaire consacré à Frantz Fanon (1925-1961). Le réalisateur Hassane Mezine effectue un portrait à hauteur d'homme de cette grande figure de la lutte contre la colonisation dans « Fanon hier, aujourd’hui ».

Aimé Césaire l'avait surnommé « le guerrier de silex ». Qui était Frantz Fanon ? Brillant psychiatre, engagé volontaire auprès des Forces françaises libres durant la Seconde Guerre mondiale, militant pour l'indépendance de l’Algérie, ce natif de Martinique était tout cela à la fois. Il fut aussi et surtout une tête pensante de la lutte anticoloniale, auteur de deux ouvrages devenus des classiques : Peau noire, masques blancs et Les damnés de la terre, publié en 1961, quelques jours avant sa mort.

« Ce livre va être un peu un testament, explique le réalisateur Hassane Mezine, dans lequel il va montrer un peu les craintes des contre-révolutions à venir dans une Afrique où des pays sont nouvellement indépendants comme la Tunisie, le Maroc ou les pays de l’Afrique de l’Ouest où l’on voit déjà se mettre en place des mécanismes de néocolonialisme ou ce qu’on appelle aujourd’hui la Françafrique. Lui, il va beaucoup mettre en garde sur les risques à venir si l’on sortait du lit des révolutions. »

Le cinéaste dresse un portrait sensible de cet homme à travers les témoignages de ceux qui l’ont côtoyé. Car, bien que mort très peu de temps avant l’indépendance de l’Algérie, Frantz Fanon a marqué son époque et encore aujourd’hui continue à intéresser et irriguer les pensées décolonisatrices.

► À écouter aussi : notre interview avec le réalisateur algérien Hassane Mezine sur son film « Fanon hier, aujourd’hui »