Frank Capra, il était une fois l'Amérique (Arte) : pourquoi il faut voir ce documentaire sur ce grand metteur en scène

·1 min de lecture

Ses films ont fait passer du rire aux larmes des millions des (télé)spectateurs à travers le monde. Frank Capra est entré au Panthéon des plus grands réalisateurs hollywoodiens, marquant par son empreinte si singulière (nommée la "touche Capra") la grande histoire du cinéma américain. Qui ne s'est pas ému devant La vie est belle (1946), L'extravagant Mr Deeds (1936), ou encore L'Homme de la rue (1941), tous ces contes de fée modernes empreints d'idéalisme, d'humour, et d'une profonde humanité ? Tous ces chef-d'œuvres, que l'on qualifierait aujourd'hui de "feel good movies", se terminent immanquablement par un "happy End" émouvant. Cette manière si positive de voir la vie, cette façon de glorifier l'"American Way of Life" à travers le courage et l'obstination d'un héros issu du petit peuple, opposé à la cupidité du monde capitaliste - le fil rouge de presque toute sa filmographie - était-ce le reflet de la personnalité de Frank Capra ? Qui était ce grand metteur en scène, devenu à 37 ans, le premier réalisateur à récolter les cinq Oscars les plus convoités pour sa comédie romantique New York - Miami (1934) ?

C'est tout l'intérêt de ce documentaire, réalisé par Dimitri Kourtchine, qui tout en retraçant le parcours de l'artiste et son apport au 7 art, s'intéresse à l'homme caché derrière la personne publique. Car jusqu'à sa mort en 1991, Frank Capra, qui avait publié son autobiographie en 1971, chercha à occulter les moments sombres de son existence, pour mieux faire de celle-ci (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Selfie (Canal +) : trois raisons de regarder cet étonnant film à sketchs sur un phénomène de société
La vie est belle (Arte) : un merveilleux conte de Noël qui redonne goût au bonheur
Disney+ : mais pourquoi le film Vaiana n'a-t-il pas conservé son titre Moana dans tous les pays ?
Salma Hayek : en maillot de bain qui met en valeur son décolleté généreux, elle met le feu à Instragram !
Mort de Claude Brasseur : France 2 diffuse la pièce Mon père avait raison dans laquelle il donne la réplique à son fils Alexandre Brasseur