Franco-rwandais accusé de complicité de génocide: "je suis un simple chauffeur"

·3 min de lecture

"Un simple chauffeur" sans relief et sans histoires, mais au parcours semé de zones d'ombres et de mensonges. La cour d'assises de Paris s'est penchée mardi sur la personnalité du Franco-rwandais Claude Muhayimana, poursuivi pour complicité dans le génocide des Tutsi du Rwanda en 1994.

Pendant un interrogatoire de plusieurs heures, parfois décousu, le président de la Cour Jean-Marc Lavergne a tenté de cerner qui était cet homme de 60 ans calme, poli, souriant à l'occasion. Et toujours discret, même lorsqu'il fond en larmes, à plusieurs reprises, notamment à l'évocation de son père décédé.

Vêtu d'un sweat shirt et d'un jean, M. Muhayimana, homme petit et costaud, s'exprime dans un français correct, même si certaines des questions du président lui sont traduites en kinyarwanda.

Poursuivi pour complicité de génocide et de crimes contre l'humanité lors de l'extermination des Tutsi du Rwanda en 1994, il colle sans difficulté à l'image de "Monsieur tout le monde", de "citoyen ordinaire qui s'est retrouvé dans le chaos" défendue depuis le début par ses avocats.

"Je n'aime pas les zizanies dans ma vie", résume cet homme, qui comparaît libre. Il est accusé d'avoir transporté les tueurs hutu sur des lieux de massacres de Tutsi à Kibuye (ouest) lors des mois sanglants d'avril à juillet 1994, au cours desquels plus de 800.000 personnes, issues essentiellement de la minorité tutsi, ont été massacrées au Rwanda.

- Zones d'ombre -

Pourtant, le parcours de ce "simple chauffeur" tel qu'il se décrit à plusieurs reprises, comporte de nombreuses zones d'ombre, qu'il n'éclaircit pas vraiment.

Questionné sur les mensonges apparus lors de sa demande d'asile en France - dans laquelle il affirmait notamment que plusieurs membres de sa famille ont été tués -, il répond: "je ne me souviens pas", ou "ça a été mal interprété".

Interrogé sur ses rapports avec son ex-épouse, dont le témoignage pourrait s'avérer crucial, il dit: "les affaires des hommes et des femmes, c'est intime... parfois on avait des difficultés, parfois on était d'accord".

Questionné sur ses biens et sa richesse, il élude: "je me débrouille".

Dès l'ouverture de l'audience, le président a tenté de comprendre quelle connaissance Claude Muhayimana avait du génocide et de sa planification.

"Ce que je sais aujourd'hui, c'est qu'il y a eu un génocide mais je ne sais pas si il a été planifié", a répondu l'accusé.

- "Une vie calme" -

Claude Muhayimana est né en janvier 1961 à Kibuye, d'un couple mixte, une mère tutsi et un père hutu, ce qui fait de lui un Hutu. Elevé dans une famille d'agriculteurs "très croyante", très proche de sa mère, il est le second d'une fratrie de quatre, dont certains vivent toujours au Rwanda.

Il a quitté le foyer à l'adolescence pour aller vivre dans une congrégation religieuse auprès d'une missionnaire belge avant de devenir chauffeur en 1986. Il épouse en 1990 Médiatrice Musengeyezu, une Tutsi, avec qui il aura deux filles.

Mais après le divorce initié par sa femme au début des années 2000, les liens sont coupés avec ses enfants, ce qui est source "de grande souffrance", selon l'enquêtrice de personnalité qui l'a interrogé en prison lors de sa détention provisoire en 2014.

Après le génocide, M. Muhayimana, se disant menacé par les nouvelles autorités rwandaises, a fui au Zaïre en 1995, vécu en exil en Kenya, avant d'arriver en France en 2001, dont il obtiendra la nationalité en 2010.

Depuis 2007, il est employé à la mairie de Rouen. Décrit par des témoins comme "droit, sincère, investi et croyant", "c'est un homme sociable, qui mène une vie calme avec peu de loisirs", et un employé "ponctuel et sérieux", relève l'enquêtrice de personnalité.

Intégré en France, il n'a pour autant pas coupé les liens avec le Rwanda et la diaspora, et est proche d'un parti d'opposition, le Rwandan national Congress (RNC).

L'accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

cf/lp/sba

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles