Francis Ngannou: «J’ai toujours rêvé de l’UFC à Paris»

Le champion du monde des poids lourds de l’Ultimate Fighting Championship (UFC) Francis Ngannou est de passage en France à l’occasion du tout premier événement organisé par l’UFC à Paris, son ancienne ville, ce 3 septembre 2022, sept mois après sa victoire face au Français Ciryl Gane. Pour RFI, le Camerounais revient sur sa convalescence de plusieurs mois après une opération du genou droit, ses relations conflictuelles avec la toute-puissante ligue de MMA au sujet d'un nouveau contrat qui lui permettrait notamment de faire de la boxe, ses envies dans cette discipline… Entretien.

RFI : Francis Ngannou, où en êtes-vous de votre convalescence ?

Francis Ngannou : Je suis à cinq mois post-opératoire. Ça avance. Mais ce n’est pas le genre de situation où il faut espérer de la magie. Il faut se donner 10-12 mois pour un rétablissement complet. Il y a encore du chemin à faire. Il y a des exercices que je ne peux pas encore faire. J’ai beaucoup de limitations et de restrictions de mouvements.

Comment fait-on pour garder le moral et la flamme avec une aussi longue période d’inactivité, sans combat ?

Où en est votre relation avec l’UFC ?

Il n’y a pas grand-chose qui a été fait ou qui a été dit. Là, je touche le fond du problème et je ne vais pas juste gratter la surface. Dans la plupart des cas, ce sont des sujets qu’ils ne veulent pas aborder. Or, moi, je ne veux pas avancer sans avoir une réponse ou une solution à ces problèmes qui m’affectent aujourd’hui et le feraient encore demain si je signais aujourd’hui.

Réfléchissez-vous à d’autres options ?


Lire la suite sur RFI