Comment la vaccination élargie facilite la vie des patients... et des praticiens

·1 min de lecture

"Le gouvernement a élargi la vaccination et j'avais envie d'être vacciné immédiatement. Mon médecin m'a appelé et j'étais très content", lance Serge, 64 ans. L'homme n'imaginait pas recevoir le vaccin contre le coronavirus aussi vite. Pourtant il se présente, jeudi, à la maison de santé pluriprofessionnelle de Preignac, en Gironde. Depuis l'élargissement de la vaccination avec AstraZeneca aux personnes de 65-75 ans atteintes d'une comorbidité, les rendez-vous s'enchaînent dans cette maison de santé. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l’évolution de la situation mercredi 3 mars

"La liste est pleine pour tout le mois de mars !"

Les patients sont envoyés ici après une consultation chez leur généraliste. Ensuite, le praticien vérifie leur tension avant l'injection de la première dose. Une étape obligatoire puisqu'il "y a quand même des risques d'hypertension artérielle après les injections", confie l'une des praticiennes.

Ici, dès l'annonce de l'élargissement de la campagne de vaccination, les six médecins généralistes se sont organisés. "Normalement, un flacon, c'est dix doses. Si on les manipule bien, comme les Pfizer, on peut récupérer une dose supplémentaire", explique la docteur Catherine Dupont-Biscaye. "Là, on a rappelé onze patients et calé onze vaccinations. La liste est pleine pour tout le mois de mars !"

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"C'est beaucoup plus flexible en termes d'organisation"

Pour Marlène ...


Lire la suite sur Europe1