FranceSoir privé de ses revenus publicitaires par Google

·1 min de lecture
Le quotidien complotiste en ligne FranceSoir est désormais privé de ses revenus publicitaires par Google.
Le quotidien complotiste en ligne FranceSoir est désormais privé de ses revenus publicitaires par Google.

Google frappe au portefeuille. Le géant américain du Web, qui veille tout particulièrement au respect des règles contre la désinformation qu?il a lui-même fixées, vient de couper l?accès à son réseau publicitaire au site de FranceSoir. Le quotidien en ligne, très régulièrement pointé du doigt pour sa ligne éditoriale complotiste particulièrement depuis le Covid-19, ne pourra donc plus bénéficier des revenus automatiquement générés par la régie publicitaire de Google.

À LIRE AUSSIPeggy Sastre ? Les complotistes, c?est toujours les autres

C?est une « atteinte à la liberté d?expression » menaçant « la viabilité » de FranceSoir, a déclaré Xavier Azalbert vendredi 10 septembre, tout en confirmant la sanction de Google. L?avocat de la publication étudie « une citation directe au tribunal correctionnel pour discrimination consistant à refuser la fourniture d?un bien ou d?un service ».

Merci France 2 ?

Interrogé par l?AFP, Google a indiqué avoir appliqué son règlement, qui vise à protéger les marques « contre la diffusion de leurs publicités à côté de contenus dangereux et trompeurs ». « Nous avons prévenu FranceSoir avant de prendre des mesures, leur demandant de remédier aux violations persistantes de nos règles », a précisé Google. France Soir a démenti avoir été prévenu. Cette décision intervient quelques jours après la diffusion sur France 2 d?un numéro de l?émission Complément d?enquête, intitulé : « Fake news, la machine à fric ».

À LIRE AUSSIRoselyne Bachelot d [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles