Frances Haugen, une lanceuse d’alerte contre Facebook

·2 min de lecture

L'ancienne employée a révélé des documents internes accablants prouvant que Facebook sait très bien tout le mal que peut faire le réseau social. Après un témoignage sur CBS, Frances Haugen doit être entendue au Sénat américain ce mardi 5 octobre 2021.

Ce n’est pas le premier coup de semonce qu’entend Facebook. Mais celui-là résonne bien plus fort et bien plus près que les autres. Il y a quelques semaines, le Wall Street Journal publiait le contenu de rapports internes montrant que la société de Mark Zuckerberg savait parfaitement quels dégâts causait son réseau social ; Facebook avait refusé de divulguer ces résultats.

Dépression et désordre alimentaire

Les documents montrent notamment qu'Instagram, propriété de Facebook, avait un effet désastreux sur en matière de désordre alimentaires et de dépression chez les adolescentes. Il apparaît également que Facebook a parfaitement conscience que ses algorithmes et son mécanisme de recommandation de contenus conçus pour que les internautes restent sur le réseau social favorisent la diffusion et l’échange de contenus clivants, haineux, et extrêmes. Mais essayer d’y remédier risquerait de remettre en cause le modèle économique et les revenus de Facebook.

Issus d’une source dont le journal américain avait préservé l’anonymat, ces documents très embarrassants ont été exfiltrés par une ancienne employé de Facebook, Frances Haugen. Celle-ci a décidé de témoigner à visage découvert cette semaine dans l’émission . Elle doit également être auditionnée par le Sénat américain ce mardi 5 octobre 2021.

Infraction aux règles des marchés financiers

Car cette data scientist de 37 ans, informaticienne de formation et diplômée de l’école de commerce de Harvard, n’a pas fait que sortir des rapports et des études. Elle a déposé huit plaintes au niveau fédéral, auprès de la SEC, l’agence chargée de veiller aux règles des activités financières et de la bourse. Facebook est en effet une société côtée. En ne rendant pas public ce qu’elle savait de ses propres activités, estime Frances Haugen, elle a menti à ses investisseurs, les a trompés quand ses dirigeants affirmaient que tout était sous contrôle, ce qui est une infraction.

Entrée chez Facebook en 2019 pour justement s’atteler au problème [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles