Publicité

France: le «violeur de Tinder» condamné à 18 ans de réclusion criminelle

Salim Berrada, surnommé « le violeur de Tinder » par la presse et accusé d’avoir violé ou agressé sexuellement dix-sept femmes entre 2014 et 2016, a été condamné à dix-huit ans de réclusion criminelle vendredi 29 mars par la cour criminelle de Paris. Il a été reconnu coupable de 12 viols et trois agressions sexuelles.

Salim Berrada, marocain de 38 ans, a été condamné ce vendredi soir à quasiment la peine maximale qu'il encourait : 20 ans de réclusion. L'accusé, un ex-photographe, a été reconnu coupable de 12 viols et trois agressions sexuelles. Il a été acquitté pour deux autres plaignantes, absentes à l'audience, au bénéfice du doute.

L'homme sera bientôt expulsé de France vers son pays d'origine car la peine est assortie d'une obligation définitive de quitter le territoire. Il a été reconnu coupable d'avoir « détruit 17 vies ». Celles de femmes, que ce photographe professionnel attirait chez lui, à la faveur d'un rendez-vous galant, avec toujours le même mode opératoire entre 2014 et 2016.

Des crimes avec un « caractère sériel »

« Une séance photo par un professionnel te tente ? » Demandait-il presque naïvement. Une fois dans ses filets, les 17 jeunes femmes racontent n'avoir pas pu refuser un verre d'alcool, puis deux, puis trois, gentiment offerts par le photographe galant. Toutes décrivent ensuite une absence de réflexes synonyme de soumission chimique pour les médecins qui se sont penchés sur l'affaire.


Lire la suite sur RFI