La France veut renforcer la lutte contre la maltraitance animale

·1 min de lecture

La France est championne européenne des abandons d’animaux domestiques. La proposition de loi qui vise à renforcer la lutte contre la maltraitance animale et qui est soumise à l’Assemblée nationale à partir de ce mardi 26 janvier, tente notamment d’y remédier. Elle est dans l’ensemble saluée comme un progrès, bien que des députés regrettent qu’elle ne légifère pas sur la chasse à courre ni sur les élevages industriels.

Le chapitre premier de cette proposition de loi vise à améliorer les conditions de détention des animaux de compagnie et des équidés, avec un certificat de sensibilisation pour toute acquisition d’un animal de compagnie. L'idée est de responsabiliser les futurs propriétaires. L’article 7 vise à faire face à l’abandon des équidés chez des professionnels, qui est devenu un réel problème en France.

Sanctions renforcées

Le chapitre 2 va renforcer les sanctions pour maltraitance d’animaux domestiques, avec l’application de peines plus élevées pour les actes de cruauté, associée à des stages de sensibilisation et de prévention pour les personnes condamnées. La présence de sites zoophiles sur internet sera également sévèrement réprimée.

Le chapitre 3 vise à mettre fin à la maltraitance des espèces sauvages utilisées à des fins commerciales. Il interdit la détention d’animaux sauvages par les cirques itinérants et les delphinariums. Il proscrit également l’exhibition d’animaux sauvages à la télévision.

La fin de certains élevages

Le chapitre 4, lui, met fin à l’élevage de visons d’Amérique élevés pour leur fourrure dans un délai de cinq ans, en interdisant la création, l’agrandissement et la cession des élevages.

► À écouter aussi : Si loin si proche... La chasse à courre