La France veut coordonner la réponse européenne au terrorisme islamiste

·2 min de lecture

Emmanuel Macron reçoit ce mardi 10 novembre à l'Elysée le chancelier autrichien Sebastian Kurz pour un déjeuner de travail avant une visioconférence avec Angela Merkel, Ursula von der Leyen et Charles Michel. Objectif : coordonner la réponse européenne face au terrorisme islamiste.

Pour Emmanuel Macron, lutter contre le terrorisme islamiste doit être un combat commun à tous les pays européens. Si ces dernières semaines, la France a été attaquée à plusieurs reprises, l'attentat en Autriche a montré selon l'entourage du chef de l'État qu'il ne s'agit pas d'un problème « franco-français ».

L’attentat de Vienne a bouleversé l’Autriche, mais aussi l’Europe. Il a accéléré la prise de conscience de l’Union européenne sur le besoin d’une réponse commune à la menace terroriste, analyse notre correspondante à Vienne Isaure Hiace. « Je pense qu'il y avait encore un certain nombre d'Européens qui pensaient que c'était un sujet qui était réservé à quelques pays et principalement la France, explique Clément Beaune, le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes. On a vu que c'était le premier attentat de cette nature en Autriche et que c'est partout que les terroristes islmaistes pouvaient frapper. L'Europe à ouvert les yeux ! »

Macron à la manœuvre

Emmanuel Macron est donc à la manœuvre pour organiser la risposte au niveau européen. Dans cette ambition, le chancelier autrichien Sebastian Kurz représente un allié. Durant leur déjeuner qui aura lieu à l'Élysée à la demande d'Emmanuel Macron en raison de la crise sanitaire, et non à Vienne comme l'avait proposé au départ le chancelier autrichien, les deux dirigeants vont donc faire le point en tête à tête. Ils s'entretiendront ensuite en visioconférence avec la chancelière allemande Angela Merkel, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel. Un mini-sommet avant un Conseil européen le 10 décembre où des propositions devraient être présentées.

Des pistes d'action communes sont étudiées. Emmanuel Macron a déjà mis sur la table la question des contrôles aux frontières extérieures de l'Europe. L'objectif politique est de réussir à prendre des décisions à 27 et à les porter d'une même voix. Avec en ligne de mire pour Emmanuel Macron la présidence française de l'Union européenne qui débute en janvier 2021.