La France va se doter d’une agence de lutte contre les manipulations de l’information

·1 min de lecture
Ce service rattaché au SGDSN devrait voir le jour dès le mois de septembre et mobiliser à terme jusqu'à 60 personnes, qui travailleront en sources ouvertes, c'est-à-dire à partir d'éléments publics.
Ce service rattaché au SGDSN devrait voir le jour dès le mois de septembre et mobiliser à terme jusqu'à 60 personnes, qui travailleront en sources ouvertes, c'est-à-dire à partir d'éléments publics.

L'Hexagone part en guerre contre les « fake news ». Le pays s'apprête en effet à créer une agence nationale de lutte contre les manipulations de l'information en provenance de l'étranger visant à « déstabiliser l'État », a annoncé mercredi 2 juin 2021 le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), Stéphane Bouillon. Ce service rattaché au SGDSN devrait voir le jour dès le mois de septembre et mobiliser à terme jusqu'à 60 personnes, qui travailleront en sources ouvertes, c'est-à-dire à partir d'éléments publics, a-t-il précisé au cours d'une audition devant la commission Défense à l'Assemblée nationale.

Avec cette agence de lutte contre les ingérences numériques, « il ne s'agit pas de corriger ou rétablir la vérité, mais d'arriver à détecter les attaques quand elles viennent de l'étranger, pouvoir les caractériser et d'une certaine manière les attribuer pour pouvoir permettre aux hommes politiques, aux diplomates, à la justice et à la presse de constater que, sur 400 000 tweets de reprise de telle ou telle information, 200 000 viennent d'une ferme à bots (des comptes automatisés, NDLR) dans une région hors de notre pays ou que tel débat provient d'une ferme à trolls », a-t-il fait valoir.

À LIRE AUSSILutte contre la désinformation : « Appliquons le principe de pollueur-payeur »

« Signaler l'incendiaire »

« Il ne s'agit pas de faire du renseignement, ce qui nous intéresse, c'est ce qui est en train de devenir pandémique sur le plan info [...] Lire la suite