La France va bientôt participer à la production de vaccins anti-Covid

·1 min de lecture

S'il n'existe toujours pas de vaccin 100% français, l'Hexagone va commencer dans les prochains jours à participer à la production. Pour montrer que la France, malgré les critiques sur l'inefficacité de sa recherche, est capable d'agir.

Saint-Rémy-sur-Avre, village de Normandie, à une heure et demie de voiture de Paris. C'est là que le groupe pharmaceutique Delpharm, partenaire du laboratoire allemand BioNTech, va sortir d'abord des flacons-tests pour être sûr qu'ils sont conformes, avant de se lancer dans la production commerciale de vaccins.

Quatre autres sites français vont suivre dans les prochaines semaines, travaillant pour les américains Moderna, Johnson & Johnson et un autre labo allemand Curevac, qui attend encore une autorisation de mise sur le marché. Au total, le ministère de l'Économie, soucieux de redorer le blason de l'industrie nationale, espère à la fin de l'année 250 millions de doses.

Mais qu'on ne s'y trompe pas, il ne s'agira que de quelques étapes de la fabrication. Remplissage des flacons, emballage, aseptisation. Les principes actifs des vaccins, autrement dit la substance chimique qui neutralise le virus, seront produits ailleurs en Europe. En attendant bien sûr la mise au point d'un vaccin par Sanofi, pas avant le second semestre. Le laboratoire français voit dans ce retard un avantage : son vaccin pourrait être mieux adapté aux nouveaux variants de la maladie.

► À écouter aussi : Quelles sont les raisons de l’échec français sur le vaccin?