France: trois policiers condamnés à 15 mois de prison avec sursis pour la mort d'Amadou Koumé

Les trois policiers poursuivis pour la mort d'Amadou Koumé, lors de son interpellation en mars 2015, ont été condamnés à quinze mois de prison avec sursis, ce mardi 20 septembre 2022, par le tribunal correctionnel de Paris.

Amadou Koumé, père de famille de 33 ans, est mort après une interpellation mouvementée dans un bar de la capitale, alors qu'il faisait une crise de démence. Les policiers ont été déclarés coupables d'homicide involontaire, le policier auteur des clefs d'étranglement, celui qui a maintenu Amadou Koumé face contre terre, pendant plus de 6 minutes, et le major en charge des opérations ce soir-là. Tous les trois ont été reconnus coupables, coupables d'avoir mal exécuté des gestes dont ils connaissaient la dangerosité, coupables aussi de ne pas s'être inquiétés de l'état de santé du trentenaire, après une interpellation violente.

« Après mon frère, il y a eu beaucoup de décès encore »

« Entendre le mot coupable, naturellement, est une satisfaction dans un tel dossier, estime Me Eddy Arneton, avocat de la famille Koumé. Sa famille sait aujourd’hui de façon précise les circonstances dans lesquelles il est mort, et sait aussi que sa mort est due à des fonctionnaires de police. »

►À écouter aussi : Y a-t-il une dérive policière et autoritaire de l'État en France ?


Lire la suite sur RFI