France: le théâtre de l’Odéon occupé pour demander des mesures pour la culture

·2 min de lecture

Théâtres et cinémas fermés, jauge des festivals revue à la baisse, ou encore non-renouvellement de l'année blanche pour les intermittents. Plus d'une cinquantaine de personnes occupent depuis trois jours le théâtre de l'Odéon à Paris pour dénoncer le manque de mesures en faveur du secteur de la culture éprouvé par la pandémie de Covid-19.

« Culture sacrifiée », « gouvernement disqualifié », les banderoles flottent au-dessus du théâtre devant lequel la foule assiste à ce qui est désormais appelé « l'agora quotidienne du théâtre de l'Odéon ».

Nicole et Laurence, chanteuse et comédienne sont venues témoigner leur soutien aux occupants : « On est là aussi pour leur dire qu’on est ensemble. Nous, on ne peut plus travailler depuis des mois. On essaie de créer dans notre coin, mais on ne peut plus travailler », dit l’une. « L’essence du spectacle vivant, c’est d’être avec les autres, et quand on nous dit que la culture continue, ce n’est pas vrai. Oui, on est inquiet, très inquiet », reprend l’autre.

Faire sortir le gouvernement de son silence

Bruno Brochet fait partie des occupants du théâtre. Son but est faire sortir le gouvernement de son silence assourdissant : « On demande une réouverture des salles, on n’a pas de réponse. On n’a pas de réponse non plus sur l’évolution du statut d’intermittent, sur une année blanche, sur la durée de la période d’interruption de travail. Le but, c’est de rester ici pour attirer l’attention du gouvernement qui pour l’instant reste muet. On est dans un mépris total, on ne peut pas faire moins ».

Le metteur en scène et comédien Nicolas Struve est lui aussi dans la foule et il redoute une homogénéisation de la culture : « Si le nombre de places et des possibilités de jouer se réduisent sans cesse, tout simplement la culture va devenir plus sage. La culture a fondamentalement besoin d’insolence ».

La ministre de la Culture s'est rendue sur place

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, s'est rendue samedi 6 mars, dans la soirée, au théâtre de l'Odéon. « Je comprends les inquiétudes notamment sur les suites de l'année blanche: ils savent, mon objectif est de poursuivre la protection de l'emploi artistique autant que nécessaire. Nous poursuivrons nos échanges », a tweeté la ministre.

Le dispositif de « l'année blanche » pour les intermittents du spectacle, instauré en mai 2020, prolonge la durée d'indemnisation de l'ensemble des intermittents jusqu'au 31 août 2021. Une mission a été mise sur place par le ministère de la Culture pour voir les suites à donner à ce dispositif. Les professionnels de la culture réclament sa prolongation jusqu'en août 2022.

Un autre rassemblement est prévu ce dimanche 7 mars, à 14 heures.