France: des tags islamophobes découverts sur un centre culturel musulman à Rennes

·2 min de lecture

À Rennes dans l’ouest de la France, des tags islamophobes ont été découverts dimanche 11 avril sur les murs d’un centre culturel islamique qui sert de salle de prière. « Non à l’islamisation », « Vive le Roy » ou « Charles Martel sauve-nous » : les inscriptions ont choqué des fidèles arrivant pour la prière du matin. Une enquête a été ouverte par le parquet de Rennes.

À deux jours du début du ramadan, mardi 13 mars, des tags racistes ont été découverts sur les murs d'un centre culturel islamique de Rennes ont provoqué un concert de condamnations, certains dénonçant un « climat antimusulman ». Des croix chrétiennes, le chrisme (un symbole chrétien datant du christianisme primitif) ou une fleur de lys (symbole royaliste) ont également été tagués sur ce centre culturel.

« Ce qui nous inquiète aujourd'hui, c'est notre sécurité pendant les prières du ramadan. On aimerait pouvoir prier sereinement », confiait un fidèle en djellaba blanche, en marge de la visite du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui s’est rendu sur place, dans le quartier Villejean.

Ce dernier a rencontré les responsables du culte musulman et exprimé « tout le dégoût que nous inspirent ces inscriptions qui sont des insultes, des insultes aux musulmans français, des insultes à la France ». Le ministre de l’Intérieur a dit avoir donné pour consigne aux préfets de « protéger » les musulmans « en cette période de fête religieuse » :

Plusieurs actes antimusulmans

Abdallah Zekri, le président de l'Observatoire national de lutte contre l'islamophobie, a quant à lui parlé d'un « climat antimusulman » attisé par « les déclarations de certains hommes politiques ».

Plusieurs actes antimusulmans ont été recensés ces derniers jours dans l'ouest de la France. À Nantes, la porte d'une mosquée a été détruite par un incendie dans la nuit de jeudi 8 à vendredi 9 avril et un homme de 24 ans, revendiquant des idées néonazies, a été mis en examen vendredi pour avoir menacé d'attaquer la mosquée du Mans.

► À écouter aussi : Un ramadan pas comme les autres?