France Télévisions efface Richard Berry... mais avec "bienveillance"

·1 min de lecture

Le vendredi 12 février, France 3 n'a pas diffusé "La loi de Damien", un téléfilm avec l’acteur Richard Berry, visé par une plainte pour "viols et agressions sexuelles". On ne mesure pas cette chance d'être protégés par France Télévisions...

Des internautes et des personnalités de l'audiovisuel se sont émus de la déprogrammation d'un téléfilm dans lequel Richard Berry, visé par une plainte pour " viols et agressions sexuelles " déposée par sa fille Coline Berry-Rojtman, joue le rôle d'un avocat. Interrogée par l'AFP à ce sujet , Anne Holmes, directrice de la fiction française à France Télévisions, a pourtant expliqué avoir " pris cette décision avec le souci de protéger et de préserver ". Mais les douze potentiels téléspectateurs des téléfilms de France Télévisions n'ont pas semblé apprécier qu'on décide à leur place de ce qui est bon pour eux, imaginant sans doute naïvement qu'ils étaient capables d'arbitrer par eux-mêmes. Quelle ingratitude ! Se rendent-ils seulement compte du danger que représente le visionnage d'un long-métrage dans lequel est présent un acteur qui pourrait se révéler coupable dans quelques années ?Apparemment pas. Beaucoup n'ont pas apprécié à sa juste valeur la volonté d'Anne Holmes " de ne pas contribuer aux polémiques " avec une efficacité redoutable. Comment, pourtant, lui donner tort ? Que valent le libre arbitre des téléspectateurs et la présomption d'innocence face à la possibilité de créer une polémique ? Un membre de la chaîne ne s'y...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Nord Stream 2 : brouille diplomatique et partie d'échecs entre la Russie, l'Allemagne, les États-Unis et la France

Alain Juillet : "Les exportations d'armes permettent à la France de maintenir une armée moderne"

Ventes d’armes "made in France" avec les pays du Golfe : peut-on faire autrement ?

Il va falloir que la France retrouve l’intelligence politique et la complexité du langage

Téléfilm de Richard Berry déprogrammé : la "cancel culture" frappe-t-elle à France Télévisions ?