La France souhaite se débarrasser des emballages plastiques à usage unique d'ici 2040

·1 min de lecture

Fini, les emballages plastiques à usage unique, et ce dès 2040 : l'objectif est ambitieux, et comporte plusieurs volets. Dans un premier temps, ce décret "3R" (Réduire, réemployer, recycler) publié le 30 avril par le ministère de la Transition écologique fixe l'objectif de réduire de 20% les emballages plastiques à usage unique d'ici fin 2025, dont au minimum la moitié obtenue par recours au réemploi et à la réutilisation. Il concerne tous les produits et tous les types d'emballages plastiques, qu'ils soient ménagers, industriels ou commerciaux, y compris ceux qualifiés de biodégradables ou biosourcés. Ce décret est rattaché à la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (Agec), votée en février 2020. La Convention citoyenne pour le climat avait demandé une sortie des emballages plastiques à usage unique.

Deuxième objectif affiché: tendre vers une réduction de 100% des emballages en plastique à usage unique jugés "inutiles" comme les blisters plastiques autour des piles ou des ampoules, d'ici 2025. Le troisième veut "tendre vers 100% de recyclage des emballages en plastique à usage unique d'ici le 1er janvier 2025", ce qui passe par l'obligation de mettre sur le marché des matériaux recyclables.

Tubes de dentifrice, bidons de lessive... les emballages plastique représentent en France quelque 2,2 millions de tonnes mis sur le marché chaque année, selon le ministère. Leur réemploi est peu développé et leur taux de recyclage, de 27%, est "faible", admet le ministère. Ce décret (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Roselyne Bachelot précise les grandes lignes de la réouverture des lieux culturels
Pour financer un plan pour la jeunesse, Laurent Berger veut taxer les ultra-riches
Non-assistance à personne en danger : définition et sanctions
Des retraites en baisse, une meilleure rémunération pour les demandeurs d’emploi en formation… Le flash éco du jour
À l'approche du déconfinement, les fêtes sauvages en hausse