France: le site de Saint-Nazaire choisi pour la construction du nouveau porte-avions

Florence Parly était en déplacement ce lundi 18 mai aux Chantiers de de l’Atlantique à Saint-Nazaire. La ministre française des Armées a indiqué que ce site industriel serait retenu pour la construction d’un futur porte-avions amené à remplacer dans quelques années le fleuron de la marine nationale, le porte-avions nucléaire « Charles-de-Gaulle ».

Le déplacement de Florence Parly à Saint-Nazaire avait pour but d’inaugurer la mise en chantier du Jacques-Chevallier, un pétrolier-ravitailleur de nouvelle génération. Quatre navires de ce type sortiront des Chantiers de l’Atlantique afin de remplacer les trois actuels pétroliers-ravitailleurs vieux de quarante ans.

Un investissement prioritaire, a plaidé la ministre des Armées qui a, par ailleurs soufflé que là n’était pas le seul but de ce déplacement : « Nous avons découpé la première tôle d'une nouvelle génération de navire, des pétroliers-ravitailleurs. Puis la raison de ma visite, c’est aussi pour me rendre compte de la capacité industrielle des Chantiers de l’Atlantique à concevoir d’immenses navires. Et demain, c’est le porte-avions de nouvelle génération qui sera construit ici parce que les Chantiers de l’Atlantique sont les seuls chantiers capables de construire un navire d’une telle taille et d’un tel tonnage. »

Le porte-avions nucléaire Charles-de-Gaulle restera encore en service durant une vingtaine d’années. Si, pour le remplacer, un budget d’étude a déjà été voté, une nouvelle loi de programmation militaire devra acter une mise en chantier. En période de crise économique, l’avenir du nouveau porte-avions français est donc suspendu à une décision éminemment politique qui sera prise au plus haut niveau de l’État.

À lire aussi: Première plongée en mer du «Suffren», le nouveau sous-marin nucléaire français