France: risque "élevé" de tensions sur le réseau électrique en janvier

Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France (RTE) a estimé vendredi qu'il existait désormais un risque "élevé" de tensions sur le réseau électrique français en janvier, en raison d'un redémarrage plus lent que prévu de réacteurs nucléaires.

Le risque apparaît "élevé sur le mois de janvier mais dépendra largement des conditions climatiques et de la possible survenue d'une vague de froid même modérée", selon RTE.

En clair: le risque que RTE appelle les Français à réduire leur consommation électrique en janvier, sous peine de coupures de courant, a augmenté, notamment car la maintenance des réacteurs d'EDF a pris du retard en raison d'une grève.

Selon les prévisions de RTE, seuls environ 40 gigawatts (GW) de puissance du parc nucléaire devraient être disponibles début janvier, ce qui correspond à 65% de la capacité nucléaire installée.

Electricité de France (EDF) prévoyait de son côté la semaine dernière une disponibilité de 48 GW au 1er janvier.

Actuellement, sur les 56 réacteurs que compte le parc nucléaire français, près de la moitié sont à l'arrêt, soit pour des maintenances programmées soit pour des problèmes de "corrosion sous contrainte", suspectées ou avérées.

Cela a réduit la production d'électricité nucléaire à son plus bas niveau historique, en pleine crise énergétique, et provoqué des milliards d'euros de pertes cette année pour EDF, dont le gouvernement a prévu la renationalisation à 100%.

nal/ico/sr/alc/thm