France: une rentrée pleine de défis pour Pap Ndiaye, ministre de l'Éducation sous pression

Après les enseignants mercredi, près de 13 millions d'élèves et apprentis retrouvent le chemin de l'école ce jeudi 1er septembre. Une rentrée délicate pour Pap Ndiaye, car le nouveau ministre de l'Éducation nationale doit faire face à une pénurie d'enseignants et à une inflation galopante qui pèse sur le portefeuille des familles et des établissements scolaires.

Après l'été caniculaire, place au coup de chaud de la rentrée : prix des fournitures scolaires qui flambent, professeurs recrutés en urgence et sans expérience pour compenser la pénurie d'enseignants, crise des vocations, manque de reconnaissance salariale... Les voyants sont déjà au rouge et Pap Ndiaye n'est pas au rendez-vous, selon le député insoumis Paul Vannier :

« Nous savions qu'il manquerait des enseignants, 4000 en l'occurrence. Nous savions que l'inflation frapperait durement le budget des ménages. Et face à cela, force est de constater que Pap Ndiaye a pris de véritables vacances. Il a attendu les tous derniers jours pour faire davantage de communication que d'action concrète. »

Dans un contexte inédit de pénurie d'enseignants, le ministre veut rassurer. Il promet qu'il y aura un professeur devant chaque classe. Seulement, atteindre cet objectif passe par le recrutement de contractuels, des enseignants non titulaires et, pour certains, formés en quatre jours. Ils représentent entre 8 et 10% des enseignants des collèges et lycées.


Lire la suite sur RFI