France: rencontre cruciale entre le ministre de l'Intérieur et les syndicats policiers

·3 min de lecture

Les syndicats policiers rencontrent, ce vendredi 18 décembre, Gérald Darmanin suite aux propos tenus par Emmanuel Macron sur l'existence des violences policières sur le média Brut, il y a deux semaines.

Les propos d'Emmanuel Macron ont suscité la colère des policiers à tel point que deux grands syndicats Alliance et l'UNSA ont fait savoir qu'ils ne participeraient pas à ce Beauvau de la sécurité, ou en tout cas, pas sans avoir des mesures concrètes au préalable. C'est donc l'objectif de cette rencontre de ce vendredi 18 décembre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants syndicaux qui seront reçus à tour de rôle, l'un après l'autre.

Pour l'exécutif, l'enjeu est d'apporter des réponses et convaincre tous les syndicats de participer à ce Beauvau de la sécurité, qui doit notamment recréer du lien entre la police et la population.

En amont de ce Beauvau de la sécurité, le syndicat Alliance a posé plusieurs conditions. Il réclame notamment une peine incompressible pour les agresseurs de policiers, le floutage des policiers filmés lors des manifestations par exemple et des mesures sociales pour les forces de l'ordre comme par exemple la gratuité des transports.

Lâchage présidentiel de la police…

De son côté l'UNSA, l'autre syndicat qui refuse pour l'instant de participer au Beauvau de la sécurité, demande, lui, des réponses tangibles sur les sujets déjà abordés.

En attendant cette rencontre, les policiers manifestent depuis les propos d'Emmanuel Macron. En début de semaine, une centaine de policiers s'est rassemblée devant l'Arc de Triomphe à Paris. Un peu plus tôt, 130 policiers grenoblois avaient déposé en préfecture des demandes de ruptures conventionnelles pour protester contre ce qui est perçu comme un lâchage présidentiel de la police.

Lors de l'interview du chef de l'état au média Brut, début décembre, le président avait sous-entendu que la police pouvait être raciste et violente. Ce qui a suscité un vif émoi chez les policiers. Une colère jamais atteinte même, selon le syndicat Alliance !

« Nous n'acceptons pas que la police soit considérée comme violente de façon systémique, ni même raciste, ni même tout autre chose », a de son côté commenté le syndicat des Cadres de la sécurité intérieure qui est à l'origine de cette rencontre ce vendredi entre le ministre de l'Intérieur et les policiers.

Le sondage qui tombe à pic

Gérald Darmanin a rappelé il y a quelques jours qu'il n'abandonnerait pas les policiers. Pour le ministre de l'intérieur, il faut se montrer à l'écoute tout en assurant la tenue du Beauvau de la sécurité voulue par Emmanuel Macron avec bien sûr le plus de syndicats possibles. Et cette rencontre intervient aussi alors que près d'un jeune sur deux dit ne pas avoir confiance en la police selon un sondage publié ce vendredi par Opinion Wa ; 47% des jeunes de 18 à 30 ans interrogés n'ont pas confiance en la police. C’est 15 points de plus que dans l'ensemble de la population. 79% d'entre eux estiment même que les violences policières sont une réalité et près de la moitié 48%, que la police est raciste !

Alors ce sondage ne devrait pas être à l'ordre du jour lors des rencontres entre les syndicats et Gérald Darmanin, mais il existe et, les policiers comme le ministre en ont bien conscience; il pourrait influencer d'une manière ou d'une autre les garanties que donnera l'Intérieur aux forces de l'ordre.

Ce sondage est en tout cas la preuve qu'un Beauvau de la sécurité pour recréer du lien entre la police et la population -les jeunes notamment- est impératif !

Les policiers rassurés après leur rencontre avec Gérard Darmanin

Les policiers plutôt rassurés par l'exécutif . Ce vendredi le ministre de l'intérieur a reçu à tour de rôle les syndicats policiers avec pour objectif la préparation du Beauvau de la sécurité souhaité par Emmanuel Macron en janvier pour retisser les liens entre police et population. Mais certains syndicats attendent encore avant de confirmer leur participation.