France: la renationalisation d'EDF est en marche

Dix-sept ans après son entrée en Bourse, la renationalisation d'Électricité de France est lancée. Ce mardi 19 juillet, l'État français, déjà actionnaire à 84%, s'est engagé à racheter les actions restantes à 12 euros afin de devenir l'actionnaire unique de l'énergéticien. En tout, cette « offre publique d'achat » devrait coûter à l'État français 9 milliards 700 millions d'euros. Ce mardi matin, le titre s'est envolé à la Bourse de Paris.

Pour permettre à l'État de travailler sur son offre, la cotation avait été suspendue mercredi dernier, et ce mardi matin le titre a bondi à 11,76 euros. Pour les détenteurs des actions, cela représente une prime de 53%, et c'est important pour convaincre ces actionnaires de céder leurs titres.

À lire aussi : EDF renfloué par l'État pour faire face aux «difficultés» à venir en 2022

L'État compte débourser 9 milliards 700 millions d'euros pour mener à bien cette OPA. Il les a inscrits dans son budget rectificatif discuté jeudi au Parlement. L'OPA sera déposée auprès du gendarme des Bourses d'ici septembre, mais elle est déjà contestée par une partie des actionnaires salariés et anciens salariés du groupe qui ont annoncé porter plainte contre l'État.

Ils l'accusent d'avoir comme actionnaire majoritaire mis en difficulté l'entreprise (aujourd'hui surendettée) par ses choix stratégiques et industriels « inconsidérés », notamment l'obligation de vendre l'électricité à bas coûts à ses concurrents.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles