La France refuse un visa à un journaliste syrien ayant livré des informations à la justice

Le journaliste syrien qui a travaillé avec de nombreux médias français Hussam Hammoud a aussi découvert des documents concernant des combattants étrangers du groupe État islamique lors de ses reportages à Raqqa. Des informations ensuite transmises à la justice française. Alors qu’il avait déposé une demande d’asile pour lui et sa famille, la France lui a refusé un visa, lundi 5 septembre. Une injustice pour Hussam Hammoud, réfugié en Turquie depuis trois ans et qui s'estime menacé.

Hussam Hammoud a rapporté les exactions commises dans son pays par les jihadistes du groupe terroriste État islamique. Le trentenaire a souvent travaillé en équipe avec des journalistes français, ainsi que pour Mediapart et Radio France.

À Raqqa, ville dont il est originaire, un de ses reportages a permis de découvrir des documents contenant des centaines de noms de jihadistes étrangers : « À ce moment-là nous avons décidé d'un commun accord que ces documents devaient être transmis à la justice française, a-t-il raconté à RFI. On ne pouvait pas se contenter d'en faire un usage journalistique, nous avons décidé de les faire sortir de Syrie pour les remettre à la justice. »

Menacé sur le sol turc comme en Syrie, Hussam Hammoud s'estime à la merci d'un renvoi dans son pays d'origine.

Contacté par RFI, le Ministère français des Affaires étrangères n'a pas répondu à notre sollicitation concernant la situation du journaliste syrien.


Lire la suite sur RFI