Dans la France du “ras-le-bol généralisé”

NORD. Dunkerque peste contre “les profiteurs”

À peine franchie la frontière belgo-française, Le Soir s’est arrêté à Dunkerque pour comprendre ce qui a conduit les électeurs de cette ville à voter à 38 % pour la liste RN aux européennes.

Les Dunkerquois interrogés se disent souvent peu au courant des programmes électoraux, mais expriment de la colère, contre les étrangers et contre le président.

Monique et François, “l’élégante soixantaine”, raconte le quotidien belge, ont “toujours voté à droite”. Pour eux, “le RN, c’est la droite, vous pouvez l’appeler comme vous voulez, nous, on sait ce que c’est. Ils n’ont pas peur de dire ce que tout le monde pense : on est chez nous et on doit passer en priorité, c’est tout.”

Émilie élève seule ses trois enfants et elle a également “l’impression de passer après les étrangers pour les aides”. “Macron n’aime pas les pauvres, il a eu le temps de le prouver”, ajoute un père de famille dans la file des Restos du cœur. “J’irai voter RN, ce sont les seuls à nous défendre face aux profiteurs.”

Quant à Roger, s’il peste contre le président, c’est précisément au sujet de cette percée du RN. “Il a mis un sacré merdier, si vous voulez bien me passer l’expression, dit ce presque retraité. Il y a eu le Covid, qui avait déjà bien mis tout le monde sur les nerfs, la réforme des retraites, et puis les insultes, ‘les gens qui ne sont rien’… La colère des gens, il y est pour quelque chose. Quand on promet de faire baisser l’extrême droite et qu’on se retrouve avec des résultats comme la semaine dernière, on a le droit d’être fâché, non ?”

HAUTE-SAVOIE. Paris, source de tous les mécontentements

“Nichées entre les eaux claires du lac Léman et les sommets enneigés des Alpes, les ruches de Jérémy Béchet-Barbat ont été particulièrement productives l’an dernier. Pourtant, cet apiculteur de 37 ans, installé à Sciez [en Haute-Savoie], se retrouve à présent avec un stock de miel qu’il ne peut pas écouler. Et pour lui, c’est à cause de Paris.” Dans un article intitulé “La France déteste Paris et ça fait le jeu de l’extrême droite”, Politico décryptait, à la veille des élections du 9 juin, le clivage entre la capitale et le reste du pays. Et pour ce faire, ses journalistes se sont rendus dans cette commune savoyarde de 6 000 habitants. “Quelle que soit la région en France, le problème vient toujours de Paris”, reprend l’apiculteur.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :