En France, le rêve le plus courant est lié à la sexualité

©iStock

Dans certains pays, on rêve de perdre ses dents ou de voler. En France, notre esprit vagabonde dans des lieux plus… olé-olé, selon une étude.

Les Irlandais rêvent qu’ils perdent leurs cheveux, les Canadiens qu’ils volent, mais de quoi sont faites les nuits des Français·es ? Une étude menée par le marchand de literie sleepseeker.com a étudié les rêves de plusieurs pays de l’OCDE, afin de déterminer quel était le rêve le plus courant dans le monde. Grâce aux recherches Google les plus populaires sur les thèmes « cauchemar » et « rêve », ils ont pu obtenir des informations sur les pensées des utilisateur·ices du moteur de recherche. L’occasion d’en savoir plus sur l’inconscient des Français·es, qui se concentre sur un thème récurrent lors des bonnes nuits de sommeil : la sexualité.

Lire aussi >> Les rêves : la clé de notre évolution personnelle ?

De quoi rêvent les Français ?

Si dans le monde entier, nous rêvons le plus souvent de serpents (avec 1 528 380 recherches sur Google, c’est le sujet le plus recherché dans six pays), de chiens, chats et de grossesse, le sommeil des Français·es est davantage axé sur la séduction et la sexualité que sur les animaux. Premier thème onirique en France : l’infidélité. Il faut croire que tromper son ou sa partenaire nous taraude tant que l’on y pense la nuit. Attention tout de même à l’interprétation que l’on donne à un rêve d’adultère : il peut signifier un mécontentement, une frustration dans le quotidien et pas seulement une envie de rendre son ou sa partenaire cocu·e.

Viennent ensuite le fait de voler dans...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

VIDÉO - Façon Sexe - Cybèle Lespérance nous raconte son quotidien d'accompagnante sexuelle : "C'est ce que je trouve le plus difficile dans mon métier"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles