France: Vers une réouverture mi-mai, peut-être territorialisée, dit Castex

·3 min de lecture
FRANCE: VERS UNE RÉOUVERTURE MI-MAI, PEUT-ÊTRE TERRITORIALISÉE, DIT CASTEX

PARIS (Reuters) - La situation sanitaire s'améliore en France et il semblerait que le pic de la troisième vague de l'épidémie de coronavirus a été franchi, a déclaré jeudi le Premier ministre Jean Castex, réaffirmant le souhait du gouvernement de permettre aux commerces et à certains lieux culturels de rouvrir mi-mai.

Jean Castex a confirmé par ailleurs la rentrée des classes maternelles et primaires lundi prochain, conformément au calendrier annoncé fin mars par le président de la République Emmanuel Macron, avec une politique de tests amplifiée.

Il a toutefois appelé à maintenir la vigilance, citant la propagation du variant dit britannique du coronavirus, "plus contagieux et plus difficile à combattre", ainsi que la reprise épidémique dans certaines parties du monde.

Le Premier ministre a indiqué que le couvre-feu national en vigueur à 19h00 était maintenu, ajoutant que cette question serait réévaluée à la mi-mai et que le gouvernement n'excluait pas de recourir à nouveau à la territorialisation.

Il a aussi fait savoir que le système de contrôle serait renforcé à compter de samedi pour les arrivées en provenance de plusieurs pays sévèrement touchés par la pandémie, dont le Brésil, l'Inde et l'Afrique du Sud.

"La situation sanitaire s'améliore dans notre pays. Depuis dix jours, nous constatons une baisse de la circulation virale (...) Le pic de la troisième vague semble derrière nous et la baisse de la pression épidémique semble engagée", a déclaré Jean Castex lors d'une conférence de presse.

"Le nombre de patients admis en service de réanimation a atteint un plateau ces derniers jours", a-t-il ajouté, indiquant que cela concernait 80% des départements et particulièrement ceux où des mesures de confinement anticipées avaient été imposées, dont l'Ile-de-France et les Hauts-de-France.

Jean Castex a toutefois prévenu que le niveau de circulation virale, s'il se réduisait, restait "élevé". "Nous devons donc rester lucides sur la situation et pleinement mobilisés pour poursuivre nos efforts", a-t-il dit.

DÉPLOIEMENT DE DIZAINES DE MILLIONS D'AUTO-TESTS

Citant le contexte sanitaire "encore fragile", le Premier ministre a indiqué que le déconfinement envisagé en mai pourrait s'effectuer par étapes et de manière territorialisée.

Il a confirmé que les restrictions de déplacement, en vigueur depuis le début du mois sur l'ensemble du territoire, seraient levées le 3 mai, comme annoncé mercredi par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

C'est à cette date également que reprendront les cours en présentiel pour les collèges et lycées, et que le gouvernement pourra "envisager un nouveau train de réouvertures à partir de la mi-mai", a-t-il dit.

Les commerces, certaines activités culturelles et sportives ainsi que les terrasses rouvriront autour de la mi-mai si la situation sanitaire le permet et sous "certaines conditions". Ce processus pourrait se faire de façon territorialisée, a précisé Jean Castex.

Evoquant la campagne nationale de vaccination, le Premier ministre a déclaré que 14 millions de personnes auront reçu une première dose de vaccin contre le coronavirus d'ici la fin de semaine.

Face aux craintes suscitées par le vaccin développé par AstraZeneca, il a souligné que celui-ci était "aussi efficace" contre les formes sévères du COVID-19 que les vaccins de Pfizer et de Moderna.

Jean Castex a annoncé par ailleurs que des auto-tests seraient déployés massivement sous peu, alors que 64 millions d'unités sont attendues la semaine prochaine.

(Nicolas Delame, Myriam Rivet et Jean Terzian, édité par Jean-Michel Bélot)