France: la réforme de l'assurance-chômage continue de diviser dans le milieu du travail

Le projet de loi de réforme de l'assurance-chômage est présenté ce mercredi 7 septembre en Conseil des ministres. Après avoir déjà réformé l'assurance-chômage en 2021, l'exécutif veut de nouvelles règles d'indemnisation pour, dans un premier temps, prolonger les règles actuelles d'indemnisation jusqu'à fin 2023, puis dans un second temps aboutir à une nouvelle réforme du travail.

Face aux importantes difficultés de recrutement que rencontrent les entreprises, l'exécutif estime que les règles d'indemnisation en vigueur sont encore trop généreuses et qu'elles n'incitent pas suffisamment les chômeurs à reprendre un travail. Pour le ministre du Travail, Olivier Dussopt, il « est insupportable d'être encore à un taux de chômage de 7,4% avec beaucoup d'emplois non pourvus ». L'objectif du gouvernement est d'atteindre le plein emploi, à savoir un taux de chômage à 5% d'ici à 2027, soit à la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Selon le ministre du Travail, le montant de l'indemnisation, dans la future réforme, ne devrait pas bouger, en revanche la durée d'indemnisation et l'éligibilité à l'assurance-chômage pourraient être revues. Le gouvernement souhaite introduire une nouvelle mesure qui apporte plus de flexibilité.

Très clivante, cette première réforme du second quinquennat d'Emmanuel Macron déclenche la colère unanime des syndicats, à l'inverse, le patronat l'accueille favorablement.


Lire la suite sur RFI