France: avec la réforme de l’assurance-chômage, l'exécutif espère un important retour à l’emploi

REUTERS/Eric Gaillard

Le gouvernement a dévoilé ce lundi matin aux partenaires sociaux ses décisions sur sa nouvelle réforme de l'assurance chômage : la durée d'indemnisation des demandeurs d'emploi sera réduite d'un quart pour « inciter » les bénéficiaires de l'allocation chômage à retrouver un travail. Le montant de l'indemnisation ne change pas, mais la durée de celle-ci évoluera en fonction de la situation du marché du travail.

Concrètement, le gouvernement se base sur le critère d'un taux de chômage à 9% (selon les normes du Bureau international du travail) pour faire varier la durée d'indemnisation. Celle-ci sera réduite de 25% pour les futurs chômeurs ouvrant des droits à partir du 1er février 2023. Ces droits des chômeurs ne seront rétablis pleinement que si le taux de chômage dépasse 9% en France ou si son évolution trimestrielle dépasse 0,8%.

Le ministre du Travail espère « 100 000 à 150 000 retours à l'emploi » supplémentaires en 2023 grâce à la réforme et assure que la France garde l'un des systèmes les plus généreux d'Europe.

L'exécutif qui justifie sa réforme par les difficultés de recrutement des entreprises, espère que grâce à ces modifications, le plein emploi sera atteint en 2027, soit un taux de chômage d'environ 5% alors que le taux actuel est de 7,3 %.

Une réforme qui ne fera que renforcer la pauvreté en France

Les organisations patronales reçues ce lundi matin au ministère du Travail étaient plutôt favorables à la réforme, alors que les autres syndicats, eux, la qualifient d’inacceptable.


Lire la suite sur RFI