La France réclame l'arrêt des appels au boycott de ses produits

·2 min de lecture
LA FRANCE RÉCLAME L'ARRÊT DES APPELS AU BOYCOTT DE SES PRODUITS
LA FRANCE RÉCLAME L'ARRÊT DES APPELS AU BOYCOTT DE SES PRODUITS

PARIS (Reuters) - La France réclame l'arrêt des appels au boyccot de ses produits qui se sont développés ces derniers jours dans plusieurs pays du Moyen-Orient, lit-on dans un communiqué publié dimanche par le ministère des Affaires étrangères.

La France dénonce ces appels, qui concernent notamment des produits agroalimentaires, "ainsi que plus généralement des appels à manifester contre la France, dans des termes parfois haineux, relayés sur les réseaux sociaux", selon le texte du communiqué.

"Ces appels dénaturent les positions défendues par la France en faveur de la liberté de conscience, de la liberté d'expression, de la liberté de religion et du refus de tout appel à la haine", poursuit le texte.

"En conséquence, les appels au boycott sont sans aucun objet et doivent cesser immédiatement, de même que toutes les attaques dirigées contre notre pays, instrumentalisées par une minorité radicale."

Ce communiqué intervient dans un climat diplomatique tendu entre la France et la Turquie dont le président, Recep Tayyip Erdogan, a une nouvelle fois pris pour cible dimanche son homologue français en déclarant qu'Emmanuel Macron s'était "égaré" par ses positions envers les musulmans et l'islam.

Le président turc s'en était déjà pris samedi au président français en affirmant qu'il avait besoin de soigner sa santé "mentale", des propos qui ont poussé la France à rappeler pour consultation son ambassadeur à Ankara. [nL8N2HF0HV]

Une chaîne coopérative koweïtienne de commerce de détail a décidé pour sa part de boycotter les produits français en raison des "insultes répétées" envers le prophète Mahomet et des caricatures dont il fait l'objet.

Le Pakistan s'en également pris dimanche à la France par la voix de son Premier ministre, Imran Khan, qua accusé Emmanuel Macron d'avoir "attaqué l'islam" en encourageant la publication de caricature représentant Mahomet.

"Les ministres ainsi que l’ensemble de notre réseau diplomatique sont entièrement mobilisés pour rappeler et expliquer à nos partenaires les positions de la France, notamment en matière de libertés fondamentales et de refus de la haine, appeler les autorités des pays concernés à se désolidariser de tout appel au boycott ou de toute attaque contre notre pays, accompagner nos entreprises et assurer la sécurité de nos compatriotes à l’étranger", répond à ces attaques le ministère des Affaires étrangères dans son communiqué.

(Patrick Vignal)