France : quatre questions autour du réveillon du 31 décembre

·3 min de lecture

À l'approche de la nouvelle année, les Français s'interrogent sur les règles mises en place par l'exécutif concernant le réveillon du 31 décembre. Tour d'horizon de ce qui est permis ou non pour la nuit de la Saint-Sylvestre, placée sous haute surveillance.

Peut-on réveillonner chez des proches ? À combien ? Jusqu'à quelle heure ? Que risque-t-on en cas d’infraction ? Autant de questions que les Français se posent à quelques heures du passage à la nouvelle année. Tour d'horizon de ce qui est permis ou non pour le réveillon du Nouvel An, placé sous haute surveillance.

Peut-on recevoir des invités chez soi ?

Il est possible de recevoir des invités chez soi, mais le gouvernement recommande de respecter la règle de six adultes présents. "Le respect de ce chiffre n'est pas inscrit dans la loi", précise le ministère de l'Intérieur. "Il s'agit d'un appel à la prudence et au civisme".

Limiter le nombre de personnes lors des rassemblements amicaux ou familiaux est préconisé depuis plusieurs mois par les autorités pour réduire les contacts et freiner la propagation du virus.

Est-il possible de rentrer à son domicile dans la nuit ?

Il est interdit de se déplacer pendant le couvre-feu, entre 20h00 et 6h00. Il faut donc prévoir d'arriver à l'heure, de dormir sur place... ou faire une nuit blanche.

Les personnes qui se déplacent pendant le couvre-feu risquent une amende de 135 euros. Seuls sont autorisés les déplacements avec attestation pour des motifs précis : raison professionnelle, familiale ou de santé par exemple.

Le soir du 31, 100 000 policiers et gendarmes seront "exceptionnellement mobilisés", notamment pour s'assurer du respect du couvre-feu, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Peut-on participer à une soirée de plus de six personnes ?

"Il n'y a pas de sanction prévue", assure le ministère. En revanche, il y a un risque d'être verbalisé "si l'on organise ou participe à une soirée privée dans un établissement fermé en raison des mesures sanitaires (restaurant, salle polyvalente, etc.)", détaille le ministère.

Idem si "la soirée est organisée dans un domicile privé mais dépasse manifestement le cadre privé (par exemple, lorsqu'un système d'entrées payantes est mis en place)".

"Les sanctions s'élèvent à 135 euros pour une première infraction et peuvent monter jusqu'à 3 750 euros en cas de répétition des faits", détaille le ministère.

Consigne a été passée aux préfets d'intervenir "dans les meilleurs délais", en cas de "fête clandestine". Outre la verbalisation des participants, "vous chercherez prioritairement à identifier les organisateurs", a écrit le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, dans une note adressée aux préfets en début de semaine.

La police peut-elle intervenir chez moi ?

La police peut intervenir dans un domicile privé pour tapage nocturne, comme tous les autres jours de l'année. L'amende est alors de 68 euros.

"Les forces de l'ordre peuvent se présenter à la porte du domicile et demander à entrer. En revanche, elles ne peuvent entrer qu'avec l'autorisation des personnes domiciliées dans le logement", précise le ministère.

Avec AFP