France: le procès du drame de Brétigny-sur-Orge s'ouvre

·2 min de lecture

Le procès de la catastrophe ferroviaire de Brétigny s’ouvre ce lundi 25 avril dans l’Essonne, huit ans après le drame. Le 12 juillet 2013, un train qui ralliait Paris à Limoges a déraillé dans cette petite gare de la région parisienne, entraînant la mort de sept personnes et faisant des centaines de blessés. Pendant huit semaines, la SNCF et SNCF réseau, ainsi qu’un jeune cadre de l'entreprise, doivent répondre d’homicides involontaires et de blessures involontaires devant le tribunal d’Évry.

Quand le train Intercités 3657 déraille alors qu’il passe à 137 km/h en gare de Brétigny-sur-Orge avec 385 personnes à son bord, on est en pleine heure de pointe un vendredi de départ en vacances. L’une des voitures se couche sur le côté, une autre se met en travers et fauche les voyageurs qui attendent sur le quai du RER C. Au total, sept personnes trouvent la mort et des centaines sont blessées ou traumatisées par le drame.

Huit ans plus tard, 144 parties civiles veulent « comprendre pourquoi et quelles sont les responsabilités de chacun », confie le président de l’association de victimes de la catastrophe Thierry Gomes. Il a lui-même perdu ses parents ce jour-là.

La SNCF conteste le rapport des experts

La cause matérielle de l’accident a été établie par l’enquête avec le basculement d’une éclisse, une tige métallique qui relie deux rails entre eux. Les boulons qui la maintenaient ont rompu les uns après les autres sur plusieurs semaines.

Le président de la SNCF au moment des faits, Guillaume Pépy, a reconnu la responsabilité de l’entreprise dans l’accident, mais cette dernière a contesté depuis le rapport des experts mandatés par la justice qui concluait à un défaut de maintenance.

Pas de quoi rassurer les parties civiles sur l’issue d’un procès, où seul le cheminot qui a réalisé la dernière inspection une semaine plus tôt est directement mis en cause.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles