Publicité

France: le président du MoDem François Bayrou relaxé dans l'affaire des assistants d'eurodéputés

La justice a tranché dans l'affaire des assistants parlementaires du MoDem qui portait sur des soupçons de détournement de fonds publics européens. François Bayrou attendait cette décision de justice depuis le procès qui s'était déroulé fin 2023.

C'est le soulagement, ce 5 février pour François Bayrou : « la fin d'un cauchemar de sept années », a dit le président du Modem en sortant de la salle d'audience. Ce qui était en jeu, c'était de déterminer s'il était l'organisateur d'un système frauduleux visant à utiliser des fonds européens pour rémunérer des assistants parlementaires qui en réalité travaillaient pour le parti centriste à Paris.

Des accusations que le président du MoDem a toujours rejetées en bloc, niant tout détournement et l'existence d'emplois fictifs durant le procès qui s'est déroulé en octobre et novembre 2023. François Bayrou n'était pas le seul à être visé dans cette affaire, son alter ego politique, Marielle de Sarnez, était sous le coup de cette procédure et une dizaine de cadres et élus centristes comparaissaient aussi. Le trésorier du MoDem et ancien ministre de la Justice, Michel Mercier, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, 20 000 euros d'amende et deux ans d'inéligibilité avec sursis. Et cinq anciens eurodéputés ont également été reconnus coupables.

Sa nomination en tant que Haut-commissaire au plan en 2020 avait des allures de prix de consolation. Depuis, François Bayrou attendait la décision de justice pour, espérait-il, pouvoir reprendre le cours des choses.


Lire la suite sur RFI