France: Près de 30.000 nouveaux cas et 408 décès supplémentaires

·2 min de lecture
FRANCE: PRÈS DE 30.000 NOUVEAUX CAS ET 408 DÉCÈS SUPPLÉMENTAIRES

PARIS (Reuters) - La France a recensé 29.975 nouvelles contaminations au coronavirus en l'espace de 24 heures tandis que 320 décès ont été enregistrés en milieu hospitalier, ont annoncé mardi les autorités sanitaires.

Le total des décès s'élève désormais à 91.170. Sur ce total, 65.765 sont à déplorer en milieu hospitalier et 25.405 dans les Ehpad et établissements médico-sociaux.

La pression hospitalière demeure quant à elle à un niveau extrêmement élevé avec 25.492 personnes soignées dans les hôpitaux français (+23 en 24 heures) dont 4.239 dans les services de réanimation (+20).

Sur le front des vaccinations, les autorités font état de 5.295.735 premières injections réalisées en France, soit 144.104 de plus en 24 heures, dans un contexte marqué par la suspension, comme dans plusieurs autres pays, de l'administration des vaccins contre le coronavirus produits par AstraZeneca.

L'Agence européenne du médicament s'est saisie de l'apparition de plusieurs cas de thromboses observés en Europe chez des personnes ayant reçu une dose du vaccin élaboré par le groupe anglo-suédois.

Sa dirigeante, Emer Cooke, a redit mardi que les "bienfaits du vaccin dépassaient les risques" et annoncé qu'un avis serait rendu jeudi après la réunion d'un comité d'experts.

Les tensions hospitalières conjuguées au niveau élevé de l'incidence dans un certain nombre de régions et départements français confrontent le gouvernement à la question d'un éventuel reconfinement coûteux tant économiquement que socialement.

Selon une source de Reuters, Emmanuel Macron devait s'entretenir dans l'après-midi de mardi avec des membres du conseil scientifique et avec plusieurs médecins réanimateurs.

Le président français a annoncé lundi que l'exécutif devrait "sans doute" prendre de nouvelles décisions dans les jours à venir pour tenter de freiner l'épidémie de coronavirus, après une hausse jugée préoccupante des hospitalisations et des placements en réanimation qui fait craindre une saturation du système hospitalier, notamment en Île-de-France.

(Nicolas Delame, édité par Jean-Michel Bélot)