La France pousse pour un nouvel accord migratoire entre l’UE et le Royaume-Uni

·2 min de lecture

Face au record absolu de migrants tentant la traversée de la Manche, le gouvernement français veut un nouvel accord migratoire entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Dans une interview mercredi 25 août, le secrétaire d’État français chargé des Affaires européennes a suggéré que les accords du Touquet de 2003 ne font plus l’affaire, surtout depuis le Brexit.

Samedi 21 août, plus de 800 migrants ont tenté de s'engager dans la traversée de la Manche : un record pour une seule journée, selon le ministère britannique de l'Intérieur.

Cette situation est régulièrement source de tension entre Londres et Paris. Les migrants sont de plus en plus nombreux à Calais, en attendant de pouvoir rejoindre les côtes anglaises. Ce qui complique le travail des humanitaires et les contrôles de police.

Car les accords du Touquet signés en 2003 étaient censés permettre une régulation de ces flux migratoires. Ces textes ont installé la frontière franco-britannique et les contrôles sur la Côte d'Opale, dans le nord de la France, en contrepartie de financements de Londres.

Face à cette tension, le Royaume-Uni s'est engagé fin juillet à verser plus de 62 millions d'euros à la France, une somme qui devait permettre de financer le renforcement de la présence des forces de l'ordre françaises sur les côtes. Mais pour le secrétaire d'État français, ce n'est pas suffisant.

« C'est nous qui payons un lourd tribu » a affirmé Clément Beaune, le secrétaire d'État français chargé des Affaires européennes, lors d’une interview pour la chaîne CNews mercredi 25 août. « Les Britanniques doivent prendre leurs responsabilités », puisque selon lui, c'est l'attractivité du Royaume-Uni qui est en cause.

D'après lui, le problème migratoire ne se règlera qu'au niveau européen, surtout depuis le Brexit. « Il faut qu'on ait, après le Brexit, un nouvel accord migratoire sans doute entre l'Union européenne et le Royaume-Uni », a-t-il insisté, pour acheminer des migrants vers les côtes anglaises de manière sécurisée.

À lire aussi : Demandeurs d’asile: le Royaume-Uni se barricade derrière une nouvelle législation

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles