France, Portugal, Espagne : face aux incendies, des citoyens se mobilisent pour aider les pompiers

© Les Observateurs de France 24

Plusieurs pays d’Europe occidentale continuent de lutter contre des feux de forêt dévastateurs ce mardi 19 juillet. Pour aider les pompiers, plusieurs initiatives solidaires sont organisées sur les réseaux sociaux : en France, au Portugal ou encore en Espagne, des citoyens apportent des vivres ou acheminent de l’eau dans des camions-citernes pour aider à éteindre les incendies.

France : "Nous sommes arrivés avec cinq citernes"

En Gironde, dans le sud-ouest de la France, plus de 20 000 hectares sont partis en fumée. Près de 2 000 pompiers venus de toute la France, et appuyés par d'importants moyens aériens, sont mobilisés pour faire face à deux incendies géants à La Teste-de-Buch et Landiras.

Plusieurs images partagées en ligne témoignent de l’ampleur de ces brasiers, comme cette vidéo de la dune du Pilat en feu lundi 18 juillet.

Sous la canicule, des agriculteurs de la commune de Duras, dans le département du Lot-et-Garonne, ont pris la route en direction de la Gironde vendredi 15 juillet pour prêter main-forte aux pompiers. Ils ont acheminé des milliers de litres d’eau dans des camions-citernes.

Anthony Jouguet, agriculteur, est à l’origine de cette mobilisation. Il explique :

Un groupe d’entreprises d'agriculteurs et de forestiers locaux s’est réuni afin de trouver une manière de pouvoir aider et de répondre aux feux.

D’abord, on a demandé à la préfecture comment on pouvait soutenir les pompiers, mais ils nous ont dit qu’il fallait attendre. Mais attendre, c’est très long… Car le feu arrive très vite. On a donc appelé des maires en Gironde, qui nous ont dit de venir tout de suite.

On est parti vendredi soir [15 juillet] et après trois heures de route, nous sommes arrivés avec cinq citernes, un broyant forestier et un pare-feu. Notre objectif est de faire le lien entre la ligne de feu et les bouches d’eau. On travaille tous ensemble dans la bonne humeur, même si ce n’est pas facile.

La nature n’est pas jolie à voir. Le feu fait énormément de ravages. Tout est brûlé, il y a de la cendre partout, il n’y a pas d’animaux, ni d’oiseaux. C’est très triste. C’est un désert.

Depuis qu’on est arrivés, on travaille jour et nuit, on tourne, on fait de notre mieux pour aider les pompiers et pour que le feu s’arrête. On a souvent très peur, car on n’est pas habitués au feu. Parfois, c’est très difficile parce que les routes ne sont pas très larges et on peut se trouver coincés. Ce qui me donne de l’espoir, c’est de voir le nombre de personnes et d’entreprises qui se mobilisent afin d’arrêter les feux et venir en aide à la population.

Lundi 18 juillet, un homme a été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'incendie de Landiras, en Gironde. Le parquet avait annoncé le 15 juillet privilégier la "thèse criminelle" pour expliquer le déclenchement du feu.

>> À lire aussi sur France 24 : Incendies en Gironde : une catastrophe écologique et une gestion des forêts à repenser

Portugal : "Les pompiers sont épuisés"

Au Portugal, plus de 1 000 pompiers étaient toujours mobilisés dans la nuit du 18 juillet pour lutter contre six foyers importants dans le nord du pays.

Depuis Loures, près de Lisbonne, Paulo J. Bento organise avec son association "Projeto Solidario" des collectes de denrées alimentaires pour venir en aide aux pompiers sur les différents foyers d'incendie. Sur sa page Facebook, il publie des images des pompiers épuisés et des bénévoles mobilisés pour les ravitailler grâce à des dons de particuliers et d’entreprises. Il explique :

Les pompiers sont extrêmement fatigués. Dans la ville de Fundão, nous avons laissé des pompiers que nous avions déjà vu à l’incendie de Palmela dix jours plus tôt et à l’incendie de Seia… Ils vont d’incendies en incendies.

Il faut se rendre compte de ce que c’est de passer autant d’heures en face d’un incendie : la chaleur, la fumée, l’épuisement. Ils n’ont pas le temps de revenir à la caserne prendre de l’eau. Ils en ont besoin sur le terrain. Nous leur apportons de l’eau, du jus, du lait, du chocolat […] à tout juste 1 killomètre de l’incendie.

Nous avons laissé quatre tonnes de biens essentiels à la caserne de Fundão. Pour une association comme la nôtre qui n’a pas de subvention de l’État, c’est énorme.

Lundi 18 juillet, la protection civile a annoncé le décès de deux personnes âgées dans la région de Vila Real (nord du Portugal). Le couple, qui tentait de fuir les flammes, a été retrouvé à l'intérieur de son véhicule. Toujours dans le nord, un avion bombardier d'eau qui combattait les feux de forêt s'est écrasé vendredi 15 juillet en début de soirée. L'accident a provoqué la mort du pilote.

Depuis le début de l'année 2022, ce sont près de 44 000 hectares de forêts qui ont été ravagés par les flammes au Portugal, selon les chiffres de l'Institut pour la conservation de la nature et des forêts (ICNF) lundi 18 juillet. C'est plus qu’en 2017, une année marquée par de violents feux de forêt qui avaient fait une centaine de morts.

Espagne : un homme échappe au feu de justesse

Depuis le 10 juillet, des dizaines d’incendies font également rage en Espagne et plus de 25 000 hectares ont été brûlés. Deux personnes, piégées dans les flammes, ont perdu la vie dans la région de Zamora, au nord-ouest du pays.

Lundi 18 juillet, une vidéo impressionnante montrant un train s’arrêter au milieu d’un incendie a été diffusée sur les réseaux sociaux.

Le même jour, dans la municipalité de Tábara, en Espagne, un homme a frôlé la mort en essayant de protéger son village. Angel Martin Arjona tentait de creuser une tranchée dans un champ avec sa pelleteuse pour empêcher le feu de progresser. Des images de l'agence de presse Reuters, reprises sur les réseaux sociaux, témoignent de la scène : l’homme a réussi de justesse à sortir de sa pelleteuse. Surnommé le "héros de Tábara", Angel Martin Arjona a été héliporté à l’hôpital dans un état grave, le corps brûlé à 80 %.

Dans la province de Malaga, des habitants ont également tenté d'éteindre un incendie, comme le montrent des images diffusées le 16 juillet en ligne et devenues virales.

Mais sur Twitter, Antonio Maldonado, membre d'une brigade forestière et du Centre ibérique de recherche et de lutte contre les incendies de forêt (CILIFO) a rappelé les dangers de ce type d’initiative : "De cette façon, vous n'aidez pas. Vous vous mettez en danger et vous nous mettez encore plus en danger si nous devons vous sortir de là". Dans un autre tweet, il a toutefois salué l'engagement de plusieurs habitants de la ville d'Alhaurín el Grande, dans le cadre d'une initiative coordonnée aux côtés des pompiers.

>> À voir aussi sur France 24 : L'Europe de tous les records, entre incendies, canicules et sécheresses

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles