France: plusieurs enquêtes sur le rôle des cabinets de conseil lors des élections de 2017 et 2022

REUTERS - SARAH MEYSSONNIER

Le parquet national financier français (PNF) a commenté des informations du journal Le Parisien, ce jeudi 24 novembre. Deux informations judiciaires ont été ouvertes fin octobre, a-t-il dit, l'une « sur les conditions d'intervention de cabinets de conseil dans les campagnes électorales de 2017 et 2022 », l'autre sur des soupçons de « favoritisme » dans ce dossier. C'est d'Emmanuel Macron qu'il est question.

Après l'enquête préliminaire ouverte le 31 mars 2022, « du chef de blanchiment aggravé de fraude fiscale aggravée visant le groupe McKinsey », le procureur de la République financier Jean-François Bohnert annonce l'ouverture de deux informations judiciaires, les 20 et 21 octobre, dans ce dossier.

La première porte « sur les conditions d'intervention de cabinets de conseil dans les campagnes électorales de 2017 et 2022 », et plus précisément sur des chefs, notamment, de « tenue non conforme de comptes de campagne et minoration d'éléments comptables dans un compte de campagne ».

La seconde information a trait à des soupçons de « favoritisme » et de « recel de favoritisme » les concernant ; elle résulte de plusieurs plaintes déposées par des associations et des élus, précise le procureur de la République financier dans un communiqué publié sur le compte Twitter du PNF.

L'Élysée a réagi. La présidence de la République a expliqué à l'Agence France-Presse avoir « pris connaissance » de la communication du parquet national financier., ce jeud « Il appartient à la justice de conduire ces investigations en toute indépendance », assure-t-on par ailleurs au palais de l'Élysée.

Avec agences


Lire la suite sur RFI