France: le Parti socialiste va lui aussi lancer sa plateforme participative

·2 min de lecture

Après le RN et l'écologiste Yannick Jadot, c'est au tour du parti socialiste de lancer une plateforme participative. À un an et demi de la présidentielle, l'objectif est d'élaborer un programme présidentiel avec toute la gauche.

En annonçant le lancement prochain d'une plateforme participative Rendez-vous2022.fr, et la tenue de six rendez-vous sur six grands thèmes dont le travail, la santé ou encore la justice écologique, le Parti socialiste veut redevenir une boîte à idées et animer le débat à gauche. « À chacun de se saisir des propositions que nous formulons pour les soutenir, pour les contester, pour les amender », explique le député socialiste Boris Vallaud.

« En 2021, nous serons prêts », a affirmé Olivier Faure, premier secrétaire du PS, qui espère que le projet de son parti sera bouclé pour ses prochaines universités d'été, à Blois fin août. D'ici-là, quelque 500 rencontres seront organisées sur tout le territoire, « ouvertes à tous ceux qui souhaitent alimenter le projet socialiste ». Tous les premiers jeudis du mois, un « live » sur les réseaux sociaux du PS sera organisé, également ouvert à tous, où seront restituées les rencontres.

Ouvrir la discussion avec d'autres formations de gauche

L’objectif de cette plateforme est-il de bâtir un programme présidentiel 100% socialiste ? Le PS voit plus large et aimerait que tous à gauche contribuent pour aboutir à une candidature unique en 2022, même si chez les Insoumis comme chez les écologistes, on travaille pour l’instant chacun dans son coin, admet le socialiste Christophe Clergeau.

« Nous serions aussi très heureux que d’autres formations ouvrent leur plateforme et qu’on puisse aller nous-mêmes présenter notre vision du travail dans un événement des Verts, des Insoumis, Place publique, Nouvelle donne, le PRG, détaille-t-il. Il faut qu'il y ait dans les mois qui viennent cette discussion ouverte entre les formations politiques. »

Le PS peut-il remporter son pari ? Avant même la présidentielle, la gauche part souvent désunie pour les régionales prévues en juin prochain.

► À lire aussi : La gauche en ordre dispersé pour les élections régionales

Interrogés sur la multiplication des candidatures potentielles à gauche pour 2022 (outre Jean-Luc Mélenchon, déjà déclaré, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Arnaud Montebourg ou Jean-Christophe Cambadélis), les responsables PS ont expliqué ne « pas vouloir s'attarder sur les questions de personnes ». « D'abord le projet ! », ont-ils martelé. « Ensuite, on verra qui est le mieux à même de l'incarner ».

(Avec AFP)